[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Daps records & Scion sessions present

DAPS POP

Daps

mardi 5 février 2013, par Nicolas Pelletier

(4/5) Les compilations montées par les maisons de disques ont l’avantage de présenter le meilleur de plusieurs groupes souvent inconnus, tout en offrant une ligne artistique (habituellement) relativement cohérente d’un band à l’autre. Chez Daps, la disto est souvent à l’honneur.

L’étiquette DAPS Records, basée à Toronto, offre un très large éventail de styles musicaux, mais tous transmettent une urgence tangible. Le premier des 12 artistes en vedette, Hellaluyas, se lance dans un électro métal à la Prodigy avec leur pièce Weed Streets . Riche mais agressive, leur musique frappe. On poursuit nos découvertes avec Times Neue Roman, qui, les deux pieds dans le hip-hop, sont beaucoup plus « cool » : basse vrombissante, rythme sauce 80 et, surtout, bonne mélodie (So Many Females). Énergiques, sales et allumés, Odonis Odonis propose la pièce Mr Smith, qui semble combiner les univers d’Interpol, Oasis, Of Montreal avec en plus une grosse part de disto sur les guitares, à la Mudhoney ! Un alliage très intéressant signé par les Torontois Dean Tzenos, Jarod Gibson (des Thighs) et Denholm Whale (des Cartoons). Voilà un groupe dont j’explorerai la discographie une fois ces douze découvertes digérées.

Même si moins fervent de new wave électro froid, le flegme vocal de Phedre sur la pièce Haberdash accroche l’oreille. Comme si Gary Numan effectuait un retour avec une formation d’aujourd’hui. Rythme de robot, mais mélodie efficace. Encore plus profondément enfouies dans le rock garage, les guitares et basse fuzz des Cartoons sont tellement distortionnées qu’elles grichent. Pas mal, même si c’est du déjà vu, dans le style influencé par The Stooges. Dans le style garage, le côté brut lo-fi, presque démo de Se Ment est plus original. Leur pièce Frito Laze ressemble à un enregistrement de Gruesomes adolescents ! Un minute et vingt-deux secondes de pur garage rock brut. Le groupe Hussy est un digne fils spirituel de Mudhoney : son stoner rock psychédélique comporte en plus une touche de Velvet Underground avec son rythme tribal, la voix inintelligible tellement elle est brouillée et du « white noize » en masse.

Une petite perle se trouve en fin d’album alors que la superbe voix de Lisa Conway de la formation L Con, offre une magnifique performance en douceur jazzée, à la Thus :Owls ou Sophie Hunger. Une voix impériale, tout en sensibilité, complétée par des guitares électriques grinçantes à la dEUS ou Nick Cave des années 90. Magistral.

Très peu de titres moins intéressants dans ce recueil de présentation de Daps Records. Parmi eux, l’électro pop de Beta Frontier x Fear of Men ne décolle pas vraiment. Idem pour Hooded Fang, dont le Soma se dirige dans un style electro new wave répétitif, qui semble être un croisement de Joy Division sur le speed, avec une voix à la Iggy Pop des premières années. Bizarre. Le sextuor Hut a beau se définir comme amateurs de garage rock, leur musique est un brin trop décousue pour qu’elle n’accroche et génère une seconde écoute. La boucle rythmique est même un peu stressante à la longue. Finalement Lee Paradize combine hip-hop sur le 220 avec voix féminine peu convaincante. Pas ma préférée du lot non plus.

Malgré ces quelques déceptions assez personnelles, cette compilation est vraiment intéressante, et permettra la découverte de plusieurs formations prometteuses. De bonnes pistes dans bien des directions.

Vidéo L Con

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0