[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > C > COLORSTORE

BONEfish - The Legend of Mahogany Cass

COLORSTORE

Indépendant

lundi 8 décembre 2008, par Nicolas Pelletier

(2/5) Ce groupe de Phoenix, en Arizona, semble vouloir en faire trop, avec ce deuxième album. Il y a certes une très intéressante recherche au niveau des arrangements (comme les cuivres sur Mr. Julio Mena is a Menace, qui donnent une intéressante saveur mex-tex à la Calexico), mais les mélodies mémorables se font rares.

Le chanteur Mark Erickson a pourtant une belle voix et une livraison vocale juste et en douceur, à la Eels, mais on dirait que le tout ne colle pas toujours. Un exemple. Durant la très douce My Name is B, le batteur se lance dans d’étranges rythmes extrêmement rapides sur sa caisse claire, ce qui jure avec le reste. C’est déplacé et ça n’amène rien de plus à cette autrement gentille chanson. Tout au long de l’album, on assiste à une démonstration de la vaste palette sonore de Colorstore. Treasure Sticks the Mammal contient des guitares enflammées à la 70s. La suivante, la très mélodique A Song About…, est surtout construite autour de guitares sèches, de banjo et de rythme minimaliste à la caisse claire, avec une touche de xylophone (!). Puis, on repart dans un complet délire psychédélique avec Dear Mr Cass… heureusement pour moins de deux minutes. Puis, Milk est bourré de guitares et de phrases en boucles… Ouf, pas facile à suivre.

Ce qui est également un peu déroutant est que cet album semble vouloir en être un plutôt conceptuel, mais il est très difficile de suivre l’histoire (s’il y en a une), vu les nombreux changements d’ambiances, de rythmes et d’instrumentation. Bref, c’est confus.

- Desc. : Original indie rock
- R.S.V.A. : Eels, Spoon, Bright Eyes

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0