[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > C > COLLETT, JASON

Pony Tricks

COLLETT, JASON

Arts & Crafts

mardi 11 janvier 2011, par Nicolas Pelletier

(3/5) Ce musicien folk de Toronto, membre du fameux Broken Social Scene, a une voix qui rappelle deux grands chanteurs : Vic Chesnutt et John Lennon. Le premier pour le ton un peu déprimant qu’on retrouve d’une façon presque constante sur cet opus, et le second pour le traitement de la voix, dans les tons de l’époque Plastic Ono Band, durant laquelle le célèbre ex-Beatle se confiait émotivement.

“Pony Tricks” n’est pas un album très gai. La plupart des chansons sont de tristes complaintes (Bitter Beauty ou Honey I don’t know) directement dans la lignée des derniers albums de Vic Chesnutt, et d’Elliott Smith – deux artistes qui ont malheureusement mis fin à leurs jours. Jason Collett est un auteur du même calibre que ces deux artistes à la sensibilité à fleur de peau. On espère que le même destin n’attend pas Collett, mais on sent que le gars ne va pas fort... Le moral dans les talons, l’auteur-compositeur-interprète, qui en est à son 7e album solo, livre ses malheurs avec authenticité et simplicité : la plupart des morceaux sont exécutés avec un simple accompagnement à la guitare sèche, négligemment jouée. La voix de Collett traîne comme une langueur interminable. Les morceaux sont lents, comme sur la finale Papercut Hearts. On y sent la douleur, qui semble avoir été vécue assez récemment (si ce n’est pas le cas, le gars est un excellent comédien !). Un seul morceau est un tout petit peu plus rythmé, Diggin’ in the Carpet, mais on ne peut pas pour autant parler de joie de vivre. La guitare est électrifiée et quelques clappements de mains servent au refrain, ajoutant une petite touche 60’s. Autrement, cet album est assez homogène.

Originaire de Bramalea, en Ontario, Jason Collett débute à composer des chansons très jeune, y trouvant une façon de fuir la monotonie de la vie en banlieue. Après avoir fait partie de Bird, il participe au collectif Broken Social Scene, qui lui permettra enfin de vivre de son art. Sur son 5e opus solo, “Idols of Exile”, produit par l’excellent Howie Beck, il invite ses comparses Kevin Drew et Leslie Feist ainsi que des membres des groupes canadiens Stars et Metric. Très politisé dans sa vie civile, Collett est aussi un végétarien convaincu aux valeurs écologistes dominantes : il s’assure que son bus de tournée soit le plus “nature-friendly” possible.

- Desc. : Folk rock mélancolique
- R.S.V.A. : Luke Doucet, Howie Beck, Josh Rouse

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0