[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > C > CHELSEA LIGHT MOVING

S/T

CHELSEA LIGHT MOVING

Matador

mercredi 10 avril 2013, par Émile Foucher

(4/5) Octobre 2011, le couple Kim Gordon/Thurston Moore n’est plus, emportant avec lui l’ensemble du groupe le plus marquant de la scène musicale alternative ; Sonic Youth. Avec Chelsea Light Moving, le nouveau projet de Thurston Moore, le New-Yorkais s’entoure de Samara Lubelski, John Moloney et Sayid de Lost Keith Wood pour renouer avec l’énergie d’autrefois.

Ceux qui c’étaient habitués au folk acoustique de Moore en solo dans les dernières années ne seront pas trop déstabilisés ; l’énergie chaotique de l’album monte de façon très progressive. Ainsi, Heavenmetal, première chanson de l’opus, détonne par sa courte durée (2 :12) mais aussi par son absence d’agitation imposée par les guitares, beaucoup moins présentes que sur les dernières pièces de l’album. Vient ensuite Sleeping Where I Fall, où les guitares lourdes et grinçantes commencent à se faire ressentir, pour ensuite finir avec Alighted et ses solos, qui se rapprochent dangereusement de ceux utilisés par le Heavy Metal.

Si sur Lip, on se permet de lâcher notre fou, comme autrefois, grâce à des guitares nerveuses et une cadence énergique, on peut ensuite planer à volonté sur Mohawks et le monologue poétique de Thurston. L’excellente Burroughs devient un véritable hymne punk avec sa mélodie accrocheuse et son refrain rassembleur à coup de « La La La » tandis que Groovy&Linda assomme par la voix criarde de Thurston et son changement de tempo confus mais sacrément entrainant.

Ce que l’on peut malheureusement rapprocher à Chelsea Light Moving c’est sa construction prévisible et beaucoup trop redondante. Sur la majorité des pièces, Moore abuse de la même formule pour mettre en œuvre ses compositions : 2-3 paroles en ouverture, suivi d’une symphonie de solos punks confus et anarchiques, pour ensuite revenir à la case départ avec les mêmes paroles du début.

Néanmoins, Chelsea Light Moving surprend et demeure pertinent. Dans une époque où cette génération de musiciens, gavée au Sonic Youth dans leur jeunesse, tente maintenant de poursuivre le genre, Moore demeure et prouve une fois de plus qu’il est le maitre de son art.

- Desc : Rock alt, indie
- R.S.V.A : Sonic Youth, Wavves, No Age

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0