[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > C > CHAPEAUMELON

Bonjour Bonsoir

CHAPEAUMELON

Indépendant

jeudi 26 mars 2009, par Nicolas Pelletier

(2/5) Le quatuor mené par Charles Boyer (chant, guitares, claviers et co-réalisation) est de retour après quelques années d’absence. On se souviendra que le groupe s’était fait remarqué en 2002 et 2003 avec les chansons Nonchalant et Sofa, participant aux FrancoFolies et livrant deux clips signés David Lahaye. Leur version (en français !) de My Generation des Who, les avait « mis sur la carte » dès le départ.

Tout a débuté en 2001, alors que le groupe remporte le Prix coup de cœur au Festival international de la chanson de Granby. S’en suivit un premier album qui s’était fait remarqué autant par les critiques que le public. Avec son 2e opus, Chapeaumelon garde le cap sur un rock très mélodique, basé sur de bonnes guitares et un rythme entraînant (Bouquets de pistolets). La voix de Boyer a un accent « à la française », ce qui pourrait leur ouvrir des portes du côté des Cousins, mais qui en agacera certains. La prononciation exagérée sonne parfois comme certains groupes Français des années 80 comme Indochine, Les Innocents, etc. Chapeaumelon fait toutefois du rock plus musclé, qu’on pourrait qualifier de « britpop », pas trop loin de ce que font Interpol et Oasis, si on fait abstraction de la voix plutôt mince et aiguë de Boyer. On dirait parfois un mélange des Breastfeeders (en plus propre) et de Plastic Bertrand (Comédie française) : un rock solide mais mené par une voix délicate.

Les mélodies de « Bonjour Bonsoir » ne sont pas mémorables, bien qu’il se dégage quand même de bonnes vibrations de ce second album des Melons. Le mix de la voix est particulier : avec beaucoup de réverbération, elle se retrouve reléguée à l’arrière. Mais contrairement à Malajube, Chapeaumelon ne disposent pas de mélodies assez passionnantes pour prendre le devant au point de nous faire oublier d’écouter les paroles. On se retrouve donc à tenter de comprendre ce que Boyer raconte à travers les instruments. Et, personnellement, l’accent « à la française » m’énerve au plus haut point.

Entre les deux albums de Chapeaumelon, Boyer, 33 ans de St-Hilaire, a réalisé des trames sonores de courts-métrages, de publicités, de séries télévisées et de pièces de théâtre.

- Desc. : Pop garage
- R.S.V.A. : The Who, Les Innocents, Niagara

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0