[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > C > CHAOS PHYSIQUE

The Science of Chaotic Solutions

CHAOS PHYSIQUE

Acid Cobra

samedi 20 novembre 2010, par Olivier Boivin

(4/5) La formation mystérieuse Chaos Physique s’associe à la maison Acid Cobra (Ulan Bator, Somnambulist) pour nous présenter un album brillamment audacieux intitulé The Science of Chaotic Solutions. Composé, enregistré et mixé en 5 jours au mois de juillet 2009, l’album se matérialise comme un illusionniste fait apparaître un lapin dans un chapeau melon. Les magiciens Amaury Cambuzat à la voix, à la guitare, au piano et à l’orgue, Diego Vinciarelli à la basse, au clavier et à la guitare et aux voix arrière, et le troisième membre mais non le moindre Pier Necca aux percussions et à la batterie, époustoufle et décoiffe n’importe qui sur son passage.

Le tempo aux arrangements électroacoustiques au tout début se rapproche du groupe Les Georges Leningrad, et la voix est incroyablement ressemblante à un style new-wave des années 80. La deuxième me fait penser à Bear in Heaven pour l’aspect transcendant tribal aux voix angéliques qu’elle propose. Une mélodie accrocheuse. Rendu à la troisième pièce, Litany For a Monkey, un chœur répétant tel un mantra loufoque à la B-52’s les deux mots « little monkey » comme des robots sur un rythme endiablé croquant comme il est rare d’en rencontrer. C’est l’interlude.

Au milieu du disque, c’est l’apogée de la recherche. Puis, avec la quatrième plage, une légère monotonie prend place. Elle dure un peu plus de 6 minutes et perturbe au point où ça nous fait décrocher un moment sans trop nous éloigner réellement. Il faut avoir bien digéré son dernier repas pour passer au travers, car les théories de leur soi-disant « science du chaos » sont provocantes. Les textes sont sombres, glauques, dictés dans une nonchalance douteuse parfois en français, parfois en anglais. Avec la trop poétique pièce Arum Tritan, on assiste à une agonie au ralenti, ce qui ne m’a pas plu particulièrement. Les pièces commencent à devenir moins bonnes au fil de l’écoute, sans non plus devenir ordinaires, car heureusement une superbe qualité de son demeure constante. Une première moitié absolument délicieuse et une fin très exploratrice, encore plus profonde comme déconstruction sonore, ce qui peut être moins appréciable.

La véritable officialisation du chaos solutionnaire vient grâce à la chaleur que nous propose la pièce Neutrons Protons, qui est une course vers l’infini du mouvement qui crée le mouvement ; c’est très beau. Leur album explore des avenues planantes mais solidement enracinées que je suggère à tous ceux qui veulent approfondir leur connaissance sonore, puisqu’il est impressionnant, riche, solide et réfléchi. J’ai beaucoup apprécié cet opus puisqu’il tombe dans mes goûts totalement.

- Desc. : Kraut-rock expérimental
- R.S.V.A. : Can, Hovercraft, Faust

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0