[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > C > CAROLINE

Verdugo Hills

CAROLINE

Temporary Residence

lundi 28 mars 2011, par Olivier Boivin

(4.5/5) Il est rare d’entendre à la fois un air totalement dépaysant tout en nous sentant entourés d’attentions affectueuses. Son nom est commun, Caroline, mais cette chanteuse d’origine japonaise détient un timbre de voix qui fait partie de ceux qui sortent tout droit du monde divin. Au centre d’arrangements électroniques minimalistes planants minutieux, Caroline propose un disque d’une douceur exceptionnelle, d’une subtilité quasi mystique. Les cajoleries de Caroline lui permettent de venir enregistrer un album à l’autre bout de la planète, auprès de l’étiquette Temporary Residence (Envy, Maserati, Parlour).

C’est d’abord le terme du détachement et de la perspective qui ressort à l’écoute de l’opus, par la lenteur et les nuances soigneusement fabriquées. Le choix de l’ordre des pièces est judicieux et harmonieux. L’enchaînement d’une chanson à l’autre est fluide. On a l’impression d’être privilégié et l’émerveillement pur et simple s’offre naturellement à nous. Sleep est la pièce marquante de ce disque. Elle est nostalgique, mais d’une beauté qui rappelle que la vie est une longue rivière qui coule. Waltz et Lullabys sont aussi deux pièces qui se démarquent par le sublime et la légèreté. On a l’impression de léviter en écoutant Caroline, on ne pense plus à nos jambes, ni même à quelque tracas que ce soit. La mission de guérisseuse de l’âme s’est enfin manifestée avec ce disque qui promet beaucoup pour le futur.

Caroline, bien qu’encore à ses débuts, fascinera plus d’un mélomane en ouvrant une petite porte dans votre cœur, laissant la magie s’installer sans vous l’imposer. Probablement dans les meilleurs albums classés « autre » de l’année, Verdugo Hills est un incontournable, un disque que l’on fait jouer afin de se recentrer et qui peut stabiliser l’agitation mentale inutile du quotidien. Le seul petit bémol que j’y vois est une certaine ressemblance entre les différentes pièces, mais soyons justes, on est loin de l’ennui ou de la monotonie. L’étalement de son talent, on le perçoit dès la première écoute, et ce n’est que le début, car on en demande encore !

- Desc. : Pop électronique minimaliste
- R.S.V.A. : Regina Spektor, Björk, Lali Puna

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0