[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > C > CAREY, S.

All We Grow

CAREY, S.

Jagjaguwar

vendredi 14 janvier 2011, par Nicolas Pelletier

(2.5/5) Sean, de son prénom, fait une musique vaporeuse, douce, assez mélodieuse et surtout très calme. Le batteur et choriste de Bon Iver est probablement moins triste que son complice Justin Vernon, mais il n’est pas exactement « hop-la-vie » non plus.

Le musicien du Wisconsin a trempé très jeune dans la musique. Ses parents l’ont d’abord initié à la musique de James Taylor, des Beach Boys et de... Bruce Hornsby (!?). Il reste une belle part de l’influence de Brian Wilson dans la musique que Sean Carey nous présente avec ce premier opus solo. La voix est souvent juchée très haut (Move) et harmonisée comme les frères Wilson savaient si bien le faire (We Fell). Par contre, ne pensez pas retrouver la joie de vivre de la pop californienne des années 60 sur “All We Grow” : cet album, sans être vraiment triste, est beaucoup plus ambiant et niché dans l’imaginaire que ce que les influences de Carey ont enregistré durant leurs prolifiques carrières. Carey a reçu un diplôme en percussions classiques de l’Université du Wisconsin-Eau Claire en 2007, où on a dû lui enseigner que l’efficacité passait par la simplicité, puisqu’aucune trace de rythmique n’est audible sur cet album !

Souvent basées sur des motifs simples et répétitifs joués au piano (In the Dirt), les neuf chansons présentées sont agréables même si sans réelles variations ni aucune mélodie accrocheuse. L’intensité y est plutôt plane : aucune variation ni de moments en suspens. Pour une rare fois, sur Mothers, un angle folk doux amène une touche plus humaine, plus sensible.

À certains moments, il passe carrément en mode ambiant (Rothko Fields), durant lequel sa musique semble accompagner des images que l’on ne voit pas, mais que l’on pourra imaginer à sa guise. On peut également penser que cette musique serait mise en valeur dans un spectacle de danse contemporaine, ou même en support à une installation d’arts visuels. Il peut être difficile pour l’auditeur de garder sa concentration sur la musique de S. Carey, tellement celle-ci est “vague” et permet à son esprit de vagabonder. Ceci n’est pas nécessairement un défaut, mais c’est certainement un aspect qui fait que cet album peut passer inaperçu.

- Desc. : folk ambiant harmonique
- R.S.V.A. : Bon Iver, Andrew Bird, Volcano Choir

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0