[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > C > CAMINITI, EVAN

Dreamless Sleep

CAMINITI, EVAN

Thrill Jockey

jeudi 18 avril 2013, par Bastien Léger

(3.5/5) Evan Caminiti (membre du duo Barn Owl) est de retour avec un nouvel album qui se nomme « Dreamless Sleep ». Cet album comprend 7 morceaux pour une durée avoisinant les 40 minutes. Une fois l’album placé dans la platine (ou votre iPod, c’est selon), préparez vous à un voyage des plus oniriques. Par avance, amateurs de rythmiques endiablées, passez votre chemin…

Dès le début, Evan Caminiti pose les bases de toute la musique qui sera développée au cours de cet album. En effet, tout au long de ces 40 minutes, l’objectif principal sera de combiner guitares et sons électroniques pour délivrer une musique extrêmement suggestive mais jamais directe. Ainsi « Leaving the island », titre assez court, nous plonge directement dans une atmosphère envoûtante et planante. Les guitares, d’abord timides, s’affirment de plus en plus au cours du morceau. On image cette track calibrée pour des films tels que « Passion » de Brian de Palma. Et c’est un fait, chaque titre de cet album nous renvoie automatiquement vers le cinéma. Du fait de rythmiques lentes, de morceaux sans schémas stéréotypés types couplet/refrain (et on en est vraiment à des années lumières…), cet album se révèlerait être une BO idéale pour des films aux atmosphères oppressantes (mais pas trop non plus, il ne faut pas abuser) ou océanes. La plupart du temps, en terme de composition, Evan Caminiti va chercher à trouver un équilibre entre guitares et composantes électroniques et une certaine homogénéité ressort après écoute complète de l’album. On pourrait presque fusionner ces 7 thèmes pour n’en faire plus qu’un de par cette continuité ressentie… Reste que 2 morceaux se démarquent de l’ensemble du fait d’une présence plus prononcée des guitares. En effet, « Fading Dawn » et « Becoming Pure Light » sonnent beaucoup plus rock que l’ensemble de l’album et pourraient faire l’objet d’une BO pour un western citadin. Mention spéciale pour le morceau « Absteigend » qui est une composition très belle et probablement la meilleure de l’album.

Cet album est donc de bonne facture. Très onirique et très planant, à son écoute, des images quelques peu indéfinies s’immisceront dans vos pensées afin de ressentir au plus près la volonté de l’artiste. Mais cette musique ne pourra pas vous empêcher de rêver la nuit. Bien au contraire… Elle pourrait même vous faire aussi rêver en plein jour…

- Desc. : Electronique/Pop/Rock
- R.S.V.A. : Elm, Portraits, Simon Scott

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0