[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > C > CAMERA OBSCURA

My Maudlin Career

CAMERA OBSCURA

4AD

jeudi 2 juillet 2009, par Nicolas Pelletier

(3.5/5) Ce quintet de Glasgow, en Écosse, fait une pop sucrée et parfois kitch, mais tout de même de qualité. Leur musique plaira aux fans de Belle & Sebastian. Menés par la douce voix de Tracyanne Campbell, Camera Obscura a aussi des airs de Feist (You Told A Lie), voire même de Cat Power, lorsque plus doux. L’emballage et les airs sont toutefois plus pop, une coche moins originaux que les artistes sus-mentionnés (Away With Murder).

La seule chose qu’on peut reprocher à Camera Obscura est ce manque d’individualité propre qui les distinguerait vraiment. Leur pop est un brin trop prévisible et linéaire pour nous jeter en bas de notre siège, mais pourtant, chaque chanson est bien écrite et chacune est agréable. C’est souvent dans les petits détails révélés seulement après plusieurs écoutes attentives que l’on apprécie pleinement leur savoir-faire. Il faut dire que ce quintet n’est pas né de la dernière pluie : Campbell, aussi guitariste, et son complice Gavin Dunbar, bassiste, ont déjà produit quatre albums depuis leur formation en 1996, entourés de différents musiciens. À la sortie de leur premier album, le fameux DJ anglais et découvreur de talents John Peel avait bien supporté leur single Eighties Fan. En 2006, Lloyd I’m Ready To Be Heartbroken avait également beaucoup plu.

Il faut aussi souligner que plusieurs chansons sont délicieuses, comme Swans, qui allie efficacité pop presque kitch cliché (surtout dû aux xylos) à un spleen certain, un peu à la façon de certains vieux titres des Smiths. Juste après Swans, la chanson James relève du domaine de la peine d’amour authentique, mais traitée avec beaucoup de doigté et de délicatesse. Tracyanne Campbell ne se répand pas en lamentations, bien que l’on sente l’importance de sa tristesse. Sa voix exprime parfaitement son amertume face à cet amour trahi. C’est dans ses moments, plus subtils, que Camera Obscura dévoile toute sa splendeur.

Un disque avec d’excellents moments, à condition de prendre le temps de les découvrir, mais aussi quelques moments un peu trop prévisibles.

- Desc. : Indie pop kitch
- R.S.V.A. : Belle & Sebastian, The Smiths, Feist

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0