[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > C > CAMDEN, KEN

Lethargy & Repercussion

CAMDEN, KEN

Kranky

mardi 20 juillet 2010, par Éric Dumais

(3.5/5) L’étiquette américaine Kranky (Godspeed You Black Emperor !, Atlas Sound, Tim Hecker) vient de mettre la main sur un autre artiste talentueux, l’unique et mystique Ken Camden. Son album, Lethargy & Repercussion, dernier-né de la musique électronique à saveur cosmique, s’impose avec force et fracas sur la scène musicale indépendante actuelle.

Ken Camden est avant tout un guitariste hors pair. Grand génie et connaisseur du manche à six cordes et des textures synthétiques au clavier, l’artiste originaire de Chicago nous présente son premier élan créatif, un excellent opus de six pièces, qui totalisent une durée de 49 minutes.

La pièce Birthday tâte tranquillement le terrain de l’expérimentation, en offrant une merveilleuse mélodie au clavier qui coule comme de l’eau de roche à nos oreilles. L’ambiance est au repos, et notre conscience, tout ouïe. On sent, en particulier avec les premières pièces de l’opus, une retenue vraiment singulière, comme si Ken Camden nous préparait le terrain. On flotte à travers l’espace infini (Raagini Robot, In Your Ears), en même temps que les notes sifflantes du clavier, dans un univers cosmique, où les étoiles sont notre seul repère, et où Jupiter, belle et majestueuse, est notre point d’arrivée. Cependant, notre traversée interstellaire n’est qu’éphémère, car Ken Camden surgit avec sa guitare flamboyante, pour nous jouer une symphonie de notes exaltées, comme un Santana sur le buvard (Raga). De fait, une vision se profile à l’horizon et la couverture de l’album, d’une beauté esthétique exemplaire, se met à tournoyer devant notre regard éperdu. L’œuvre de Camden est d’une beauté et d’une poésie incontestable, puisque l’écoute de l’album s’effectue comme une longue traversée cosmique à travers l’espace (New Space). La dernière pièce de l’opus, Jupiter, résonne dans le lointain comme le cri d’une baleine dans la mer. C’est le signal nous avertissant que le voyage est désormais terminé.

- Desc. : Musique électronique transcendantale
- R.S.V.A. : Tim Hecker, Raglani, Yellow Swans

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0