[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > C > CAMAROMANCE

The Parade

CAMAROMANCE

Lazy At Work

samedi 8 mai 2010, par Nicolas Pelletier

(4/5) Le troisième album de Martine Groulx, alias Camaromance, est une belle oeuvre planante et intime où la Montréalaise s’exprime tout en douceur sur des airs mélodieux à la Mazzy Star (Mine). Elle est également capable de montrer les dents en sortant les guitares électriques et les pédales de disto (Out of Luck), la faisant jouer dans la cour des Tanya Donnely et autres Throwing Muses. L’album culmine au 6e titre, où la superbe et lente Semantic Memories est du calibre des Cat Power et Keren Ann.

Les plus beaux moments de « The Parade » apparaissent lorsque le rythme se pose et lorsque la belle voix de Groulx nous confie quelques secrets. Celle-ci semble d’ailleurs avoir gagné en assurance depuis le précédent effort « Different Path », paru en 2006. Sa voix est plus posée et on a l’impression qu’elle se laisse davantage aller à ses émotions en chantant. Lorsqu’elle choisit de plonger dans des ambiances plus vaporeuses, ça devient aussi magique, mystérieux, charmant et reposant que ce que nous ont offert Hope Sandoval et Keren Ann (The Great Divide). Chantant toujours en anglais, Camaromance devrait plaire aux fans des artistes susmentionnés, et c’est sans complexe qu’on peut ajouter son album dans un mix random aux côtés des albums de ces dames. La réalisation, signée Serge Nakauchi Pelletier (de Pawa Up First), est impeccable. On y entend le talent de François Plante (Plaster, For Those About to Love, Dumas), Alex McMahon (Plaster, Yann Perreau), Jérôme Dupuis-Cloutier (Le Roi Poisson, Le Citoyen) et Tasha Cyr (The Darling DeMaes).

Quelques chansons sont un peu plus dynamiques, frisant le folk pop un peu plus conventionnel (la très belle Whole) ou volontairement lo-fi (A Time For Change, à la Ani Di Franco), tout en gardant une ligne musicale de qualité tout au long de l’album, ce qui le rend intéressant d’un bout à l’autre. Grâce à la variété des vitesses des rythmes, l’auditeur conserve facilement son intérêt. « The Parade » est un excellent album où l’on sent une artiste partageant ses confidences, et ce, en pleine confiance.

- Desc. : Sweet folk
- R.S.V.A. : Tanya Donnely, Juliana Hatfield, Ani Di Franco

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0