[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > B > BY DIVINE RIGHT

Mutant Message

BY DIVINE RIGHT

Hand Drawn Dracula

vendredi 25 décembre 2009, par Nicolas Pelletier

(3.5/5) Nouvel album de José Miguel Contreras, leader de ce band torontois, un 8e depuis 1992 et le premier depuis « Sweet Confusion », sorti en 2004. À chaque album de By Divine Right, on se demande si on retrouvera le génie mélodique de l’excellent « Good Morning Beautiful » de 2001, ou si on tombera sur un album moins inspiré, comme le précédent.

Contreras a un immense talent mélodique et un charisme vocal indéniable. Vocalement, il a une présence comparable à celle de Jeff Martin dans Tea Party, et on se demande toujours si BDR ne seront pas les prochains INXS, tellement leur côté pop accrocheur est parfois proche des tubes Top 40. Contreras s’amuse souvent à doubler ses pistes de chant, ce qui attire inévitablement l’oreille du mélomane qui y entend de belles harmonies. Des chansons comme Dedication, en 2001, auraient pu percer avec davantage de visibilité. Aujourd’hui, des titres comme Cupid in Oilskins (quel étrange titre) et Help Me Find a Place to Land ont un potentiel certain avec leur dynamisme et leur « hook ». Au moins, By Divine Right devraient devenir les nouveaux Sloan : un band rock efficace, mélodique et avec un certain degré de puissance sonore. Sur « Mutant Message », BDR pondent de bonnes idées au niveau des arrangements (Wings Too Big), utilisées malheureusement sur des chansons moyennes. Il y a quand même d’excellents moments sur cet album où mélodie, puissance, originalité et punch sont tous au rendez-vous simultanément. Et bien que le rock de BDR soit assez accessible dans l’ensemble, la dépendance s’accentue après la troisième écoute.

Pour le néophyte, on classera BDR entre la pop bien construite de –M-, la complexité d’Islands, l’énergie de Sloan et la présence vocale de Tea Party. Il reste que BDR fait un rock post grunge qui n’est pas sans rappeler les années 90 et des groupes comme les Doughboys. Un post-grunge qui a tout de même été actualisé avec des arrangements modernes (Kiss My Chakras).

Pour la petite histoire, sachez que Feist a déjà été guitariste chez BDR, tout comme Brian Borcherdt (de Holy Fuck) ainsi que Darcy Rego et Michael Small, tous deux The Meligrove Band. « Mutant Message » marque le retour de Rego, en formation trio avec Contreras et Stew Heyduk (des Golden Dogs). En 2003, BDR faisait une tournée en Chine, ce que très peu de groupes canadiens peuvent se vanter d’avoir fait.

- Desc. : Alternatif, Indie pop
- R.S.V.A : Sloan, Sharko, Islands

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0