[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > B > BUILT TO SPILL

There Is No Enemy

BUILT TO SPILL

Warner Bros.

lundi 8 février 2010, par Jean-François Rioux

(4/5) Un peu moins de trois ans après la parution de l’album You In Reverse, qui marquait un retour après 5 ans d’inactivité, Doug Martsch et ses coéquipiers se regroupent à nouveau pour créer There Is No Enemy. Dès la première écoute, cet album charme les inconditionnels du indie rock des années 90. Par contre, un peu comme son prédécesseur, il sera difficile pour Built To Spill de se faire de nouveaux fans, puisque leur son prend de l’âge malgré la qualité des pièces et l’originalité des guitares.

Built To Spill n’a jamais vraiment innové. Même si leur son reste fort accrocheur, il n’en demeure pas moins qu’il est basé sur une guitare mélodique, de nombreux lead, une voix quasi nasillarde.de Martsch et de quelques expérimentations. Sur There IS NO Enemy, vous entendrez plusieurs influences comme Dinosaur Jr ou Pavement. Par contre, vous entendrez aussi ceux qui ce sont influencés de Built To Spill, que ce soit Grandaddy, Modest Mouse et Quasi pour ne nommer qu’eux ceux-là.

Built To Spill est un mélange d’indie rock, bien sûr, mais on y retrouve des élans de grunge, de hard rock, de pop et même un peu d’orchestration dans le style de certaines compositions. Aisle 13 débute l’album en lion. Dès les premières notes, la guitare vous indique que le niveau d’électricité sera élevé, mais lorsque la voix de Martsch arrive, le tout reprend sa place et devient beaucoup plus pop. Ce succès instantané pourra plaire à tous. Hindsight, la pièce suivante, est construite exactement de la même façon : un petit feu d’artifice de guitare qui s’apaise avec la voix du chanteur. La formule est simple, souvent utilisée depuis leur premier album. De toute façon, les fans de Built To Spill les aiment pour leur simplicité et n’ont sûrement pas envie de les entendre dans un « mood » électronique ou surproduit.

Légèrement plus agréable que sont précédent, le seul véritable défaut de There Is No Enemy réside dans la qualité sonore puisqu’il faut vraiment monter le son de sa chaîne stéréo pour que la sonorité soit égale à un autre disque (même chose sur votre iPod).

- Desc. : Indie rock
- R.S.V.A. : Modest Mouse, Grandaddy, Superchunk

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0