[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > B > BREATHE OWL BREATHE

Magic Central

BREATHE OWL BREATHE

Hometapes

samedi 18 décembre 2010, par Olivier Boivin

(3.5/5) Le pedigree de Breathe Owl Breathe est rempli mais pur : un trio du Michigan qui joue dans l’atmosphère grâce à leur musique acoustique évocatrice et délectable donc la base se veut plus traditionnelle populaire, avec un soupçon de rock indie.

Breathe Owl Breathe est formé de Trevor Hobbes aux percussions et à la batterie, tandis que le compositeur, chanteur, guitariste, et joueur de banjo est Micah Middaugh, sans oublier Andrea Moreno-Beals, une violoncelliste qui contribue aussi au banjo et au chant. Andrea se fait offrir des bourses par un certain nombre d’écoles de musique après avoir terminé l’école secondaire, mais elle se fatigue de la sténose de la musique classique. En 2001, elle est présentée à Middaugh par un ami commun au cours d’une réunion ; les deux deviennent naturellement amis et collaborateurs musicaux. (Ils ont aussi aidé un ami avec une caméra vidéo VHS pour réaliser un film de zombie amateur le soir même.) En 2004, ils sortent leur premier album, The Fall Album, par le biais de Terrassement Music, un collectif de musiciens socialement engagés rempli de proximité envers son public.

Leur 4ième album intitulé Magic Central est un cocktail rafraîchissant, un gros « punch » aux fruits qui goûte la conscience sociale. On y comprend une certaine volonté de s’écouter, de rester ensemble et de dédramatiser les illusions de notre époque. Tout cela reste touchant et la symbiose est palpable. Les rythmes sont doux et accrocheurs. Quelques petites sonorités électroniques subtiles viennent rehausser l’ambiance dans la plupart des pièces. C’est charmant, familial et plaisant à écouter.

Loin de moi l’idée d’être en présence d’un album exceptionnel. Ce disque atteint les principaux objectifs d’un album bien réalisé, qui saura plaire à la plupart des humains qui ont deux oreilles propres et qui savent reconnaître les intentions derrière les musiciens. Somme toute, un album réconfortant.

- Desc. : Rock indie fragile, pop
- R.S.V.A. : Sparklehorse, Spokane, Casiotone for the Painfully Alone

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0