[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > B > BOY OMEGA

Night Vision

BOY OMEGA

Tapete

mercredi 30 janvier 2013, par Nicolas Pelletier

(4/5) Boy Omega propose un indie rock doux et assez prévisible, mais dont on ne se lasse pas trop rapidement. Un peu à la façon des The The, il y a trente ans, Boy Omega fait un rock qui à première vue ne casse rien, mais dont on devient lentement mais sûrement dépendant.

Les guitares sont simples, mais très bien jouées, complétant le chant velouté, mais torturé de Martin Henrik Hasselgren (l’efficace Marching Ants, dès le départ). Ce dernier est capable de tenir une chanson seul. Sa voix est d’une douceur et d’une vulnérabilité rare dans le moule indie rock (la très belle Giving Up the Ghost). Multi-instrumentiste de talent, Hasselgren maîtrise la batterie en alternant entre syncopes et rythmes aérés sans trop la mettre sous les projecteurs. La composition des morceaux est élaborée, frisant presque le prog à certaines occasions plus complexes où les motifs changent constamment, passages durant lesquelles il faut être attentif en tant que musicien pour ne pas se planter ! Impressionnant.

Ce ne sont pas tous les titres qui sont transcendants dès la première écoute. Halos, par exemple, plait par l’utilisation de violons soyeux, mais la mélodie est moins efficace qu’ailleurs.

Par contre, dans les moments plus intimes, comme sur Our Treasure, avec sa guitare électrique réverbérée de façon magnifique, il est difficile de ne pas faire autrement qu’applaudir la beauté musicale produite par Boy Omega. Ce groupe a même un potentiel intéressant à rejoindre une plus grande masse de mélomanes. De bonnes et solides pièces comme Stilts sont tout à fait accessibles aux amateurs de rock harmonieux du dimanche. On est dans la cour des Badly Drawn Boy, Islands et (par moments) Howie Beck.

« Night Vision » est le 6e album du suédois Martin Henrik Hasselgren sous le nom Boy Omega. Il a été enregistré et mixé par Olis Eriksson au Studio Kepner Treg à Göteborg puis terminé par Carl Saff (qui a travaillé avec Unsane, Julian Lynch, Guided By Voices) à Chicago, Illinois.

- Desc. : Indie pop orchestrale
- R.S.V.A. : Badly Drawn Boy, Sea Wolf, Sufjan Stevens

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0