[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > B > BONNIE ‘PRINCE’ BILLY

The Wonder Show of the World

BONNIE ‘PRINCE’ BILLY

Drag City

samedi 20 novembre 2010, par Nicolas Pelletier

(3/5) Fidèle à lui-même, Will Oldham – alias Bonnie “Prince” Billy – nous emmène de nouveau dans un univers folk, doux, intime et subtile, où la douleur n’est plus aussi omniprésente que sur certains de ses albums précédents. Il reste quand même cette authenticité et sensibilité à fleurs de peau, éléments qui font une grande partie du charme de ce prolifique auteur-compositeur-interprète.

Il n’y a pas nécessairement toujours de grandes mélodies accrocheuses sur ce 20e opus de l’artiste originaire de Louisville au Kentucky, né le jour de Noël 1970. À la façon de certains albums de Daniel Lanois, Donovan ou même Dylan à certains moments, BPB se laisse écouter sans effort, par un petit dimanche pluvieux ou encore au beau milieu de la nuit. « The Wonder Show… » ne déprimera pas l’auditeur. C’est plutôt un divertissement relax et de qualité, qui se déguste en douceur. À certains moments, Oldham évoque même Neil Diamond (That’s What Our Love Is).

Will Oldham a longtemps performé sous le nom Palace en différentes variations (Palace Brothers, Palace Songs ou Palace Music de 1993 à 97). Johnny Cash lui a fait l’honneur de reprendre sa chanson I See a Darkness sur « American III : Solitary Man » paru en 2000, 3e volet de sa trilogie « American Recordings », consacrant Oldham parmi les grands auteurs du continent, parmi les rares qui arrivent à maîtriser le ton et l’esprit americana, reflétant le quotidien des Américains et la réalité qu’ils vivent.

Sur The Sounds Are Always Begging, Billy nous partage son amour de la guitare et de la lutherie, ainsi que de l’apprentissage et la maîtrise de ce morceau de bois magique d’où sont extraites tant de vibrations. Un morceau d’arbre qui permet aux hommes d’extérioriser leurs sentiments… jusqu’au point de gagner leur vie pour certains… c’est un peu magique quand on y pense.

- Desc. : Americana/folk intime
- R.S.V.A. : Bon Iver, Sun Kil Moon, Jason Molina

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0