[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > B > BLK JKS

After Robots

BLK JKS

Secretly Canadian

samedi 19 décembre 2009, par Éric Dumais

(2.5/5) Le quatuor BLK JKS (que l’on doit prononcer « Black Jacks ») vient de terminer l’enregistrement de son premier LP intitulé After Robots. L’énergie frénétique qui découle à l’écoute de cet album est pour le moins hypnotisante. Spectateur averti, ce nouvel ensemble de neuf pièces est à consommer avec modération.

Les quatre musiciens originaires de Johannesburg, en Afrique du Sud, ont le don de nous émerveiller avec cet album aux sonorités nouvelles et aux rythmes effrénés complètement envoûtants. Malheureusement pour nous, les deux premières pièces contiennent toute l’énergie qui aurait dû être dispensée sur le restant de l’album, mais au moins, la créativité musicale de BLK JKS nous fait oublier un peu la redondance de leur album.

Dès l’ouverture D’After Robots avec Molalatladi, il est dur de rester de marbre devant autant de cultures et de variétés musicales. Dans cette pièce, mais aussi dans chaque seconde qui passe, il est possible de reconnaître des bribes de rock, de rock progressif, de post-punk, de reggae, etc., etc., etc. Les percussions éclatent tels des feux d’artifice et la guitare, légèrement ska, nous convient à une mélodie sur laquelle on a le réflexe de fermer les yeux tellement elle nous hypnotise. Les voix respectives de Molefi Makananise, Lindani Themba Buthelezi, Mpumelelo Mcata et Tshepang Ramoba nous ensorcellent, en même temps que les deux guitares qui se déchainent sur des solos à la sauce rock alternative. Puis, Banna Ba Modimo nous éclate en pleine figure, avec un rythme sud-africain qui « bûche », digne d’un grand chef-d’œuvre musical. BLK JKS sait composer également de très bonnes ballades (Standby, Kwa Nqgingetje), sur lesquels une tension dramatique règne tout au long et qui apporte une touche de profondeur mélodique. Pour le reste, on sent un certain besoin d’expérimentation, ce qui enlève peut-être un peu de la spontanéité propre au groupe, qualité propre à ses musiciens.

After Robots est un album qui se fraiera sans aucun doute un chemin dans les annales de l’Histoire musicale des temps modernes. Voyons cet album comme une œuvre d’art : il faut l’observer attentivement pour en faire ressortir toutes les beautés et les richesses.

- Desc. : Rock progressif worldbeat
- R.S.V.A. : The Mars Volta, Vampire Weekend, TV On The Radio

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0