[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > B > BLACK WATCH, THE

Icing the Snow Queen

BLACK WATCH, THE

Eskimo

lundi 6 juillet 2009, par Nicolas Pelletier

(1/5) Ce groupe alterne entre un rock assez commun et linéaire, à la Go-Betweens (comme sur la chanson titre Icing the Snow Queen), et des morceaux plus énergiques. Le problème principal est surtout qu’après vingt secondes de chacun des titres, on sait comment vont se dérouler les quatre minutes suivantes… Pas très excitant comme album !

The Black Watch est surtout l’affaire de l’auteur-compositeur-interprète et producteur John Andrew Fredrick, qui a fondé le groupe il y a presque 20 ans. Un album compilation retraçant les 20 meilleures chansons lancées depuis 1991 est à prévoir plus tard en 2009.

Les grandes chansons ne sont pas abondantes, et surtout, la voix de Fredrick n’est pas particulièrement intéressante. À certains moments, on a presque l’impression qu’il n’arrive pas à accoter l’énergie lancée par ses compères (On Another Plane). À d’autres moments, plus doux, on dirait qu’il n’utilise pas toute la place que le groupe lui laisse pourtant (Quartz Pink Cloud). Ça reste timide, comme si non assumé. La chanson Apres Lisette fait dans le genre rock pop à la Oasis mais avec une mélodie moins forte et Quite Contrary est sans doute la plus cool, à la Matthew Sweet, en plus timide (faut le faire !). Plusieurs critiques les comparent pourtant à des groupes comme The Cure, The Church… et même les Beatles ! J’avoue ne pas voir de parallèle avec ces groupes sur cet album.

Au final, le 13e ( ! !) album de The Black Watch n’est pas mauvais… il est juste un peu plate.

- Desc. : Alternative pop
- R.S.V.A. : Matthew Sweet, House Of Love, Go-Betweens

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0