[] [] [] [] [] []

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > B > BLACK MOUNTAIN

S/T

BLACK MOUNTAIN

Jagjaguwar/Scratch

mardi 15 mars 2005, par Arnaud Astreoud

À l’écoute du premier morceau, on est loin d’être convaincu. Puis arrivent les dernières secondes comme une révélation ! Avec Don’t run our hearts around, on plonge trente ans en arrière, au temps où les grattes crachaient des hymnes « Hendrixiens ». Du son, du gros, couillu, « vintage », crasseux et chaleureux, voilà qui résume cette folie venue de Vancouver. L’empreinte des dinosaures, ô combien vénérables, mystifie ces longues plages loin du format classique pop et que ne renieraient pas les festivaliers chevelus de la grande époque des libertés et de l’insouciance. Le combo de Stephen McBean (Pink Mountaintops), n’hésite pas à piocher dans la tradition collective du rock « sixties » et « seventies ». On y percoit l’ombre du Velvet, la psychose de Can, le son du Black Sab ou l’ambiance des Floyd. Du bon, du bon et encore du bon ! Ce « skeud » explose comme un hommage grandiloquent à une époque révolue. Oh yeah !

- Desc. : Rock psyché-prog 60/70
- R.S.V.A. : Led Zeppelin, Hawkwind, Soundgarden, Rolling Stones

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0