[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > B > BLACK KEYS, THE

Brothers

BLACK KEYS, THE

Nonesuch

mardi 24 août 2010, par Nicolas Pelletier

(4/5) Tout le monde applaudit le nouvel album des Black Keys et la raison en est fort simple : le duo de Akron en Ohio ressuscite pratiquement un band qui fut adoré durant les années 70, et j’ai nommé, T. Rex ! Il faut aussi admettre que chacune des 15 pièces de « Brothers » est solide, unique et riche en bons moments.

À l’instar du groupe de Marc Bolan, on retrouve sur « Bros » le même groove avec son de guitare saturée (Howlin’ For You), avec orgue et chant parfois un peu plus sexy (Everlasting Light, d’entrée de jeu, qui rappelle trop la Jeepster et le Dancer de T.Rex en 1971-72). Il n’y manque que le glitter pour vraiment faire renaître la légende. Funky rétro complètement assumé (Next Girl à la Hendrix), les Black Keys sonnent comme certains bons bands des années 70. Des bouts plus rock à la Grand Funk Railroad, des bouts plus calmes à la Bread (le slow These Days en clôture d’album), des bouts plus « classic rock » avec gros riff à la Guess Who et autres Steppenwolf. Les Keys y ajoutent une coche de modernité tout en restant près des racines du rock et peuvent ressembler aux White Stripes par moments, si on fait fi de la fougue et de la lourdeur de Jack & Meg White. Dan Auerbach (guitares et chant) et Patrick Carney (batterie et production) se la jouent pas mal plus cool et ne cherchent pas à se définir comme des héros de la six cordes non plus.

À d’autres moments, ils prennent un angle un peu mystérieux : Ten Cent Pistol fait vieux garage country rock qu’on entendrait dans un film de Tarantino. Puis, ils se glissent dans la peau d’un Lenny Kravitz des débuts le temps d’un funk très 60s (Tighten Up) puis de Marvin Gaye (I’m Not The One, un soul Motown parfaitement exécuté).

Les Black Keys funkent, rockent, garochent et groovent tout au long de leur excellent 7e album. Depuis quelques années, leurs morceaux avaient été repris pour diverses publicités télévisées ainsi que dans quelques bons films comme Cashback, et dans des jeux vidéo. « Brothers » est le genre d’album où l’on remarque chaque titre pour son caractère unique. Le genre d’album archi-cool dans un bar : impossible de ne pas taper du pied, de rouler des hanches, de ne pas avoir envie d’aborder cette fille qui semble également apprécier…

- Desc. : Garage rock 70s funky
- R.S.V.A. : T.Rex, White Stripes, Jimi Hendrix

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0