[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > B > BISI, MARTIN

Sirens Of The Apocalypse

BISI, MARTIN

Contraphonic

lundi 26 avril 2010, par Nicolas Pelletier

(0.5/5) Martin Bisi est avant tout un artiste vocal et un auteur, avant d’être un chanteur ou un musicien. Il est surtout un ingénieur du son. Il est le genre d’artiste qui excelle dans un domaine (le conte, le spoken word), mais qui est atroce dans un autre (le rock, le chant). Malheureusement, son quatrième album depuis ses débuts en 1989 prend une tangente rock « live » et est extrêmement pénible à écouter.

Bien que passionné dans son exécution vocale, Bisi fausse comme un débutant (Felicity Ann McGuire). Et pire encore, les musiciens qui l’accompagnent ne sont guère meilleurs. La choriste sur Buddist Girl est abominablement à côté de la plaque, et Bisi lui-même sonne comme un Shane McGowan complètement bourré. Ceux-ci se nomment Rebecca Moore au piano et piano jouet (sur Goth Chick ’98, qui aurait été pas mal si les chœurs n’avaient pas été désastreux), Christian Bongers (ex-Gandhi) à la basse, et le batteur Billy Atwell. Le DJ Butterface touche aux claviers et aux tables tournantes (qu’on n’entend pas). John Keith, son batteur en concert, joue sur quelques titres studio.

Les petites incartades vers le reggae sont un peu plus mélodiques, mais tout aussi atroces au niveau musical. Richard Bohringer et Gil Scott-Heron peuvent dormir tranquille, Martin Bisi ne leur fera pas ombrage.

Surprenament, le dossier de presse de Bisi mentionne ses nombreuses collaborations avec des grands comme John Zorn, Sonic Youth, Herbie Hancock, Boredoms et Bill Laswell, mais, rassurez-vous ce n’est pas en tant que guitariste ordinaire ni chanteur atroce mais plutôt en tant qu’ingénieur du son (un poste qu’il ne devrait jamais quitter). Bisi pousse l’audace jusqu’à en chanter une en français, La Vie S’enfuit, qui est l’une des pires chansons que j’ai entendue à vie. Atroce. (NP)

- Desc. : Rock naïf déconstruit
- R.S.V.A. : Sonic Youth, The Snitches, Tom Waits

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0