[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > B > BERTRAND BURGALAT

Portrait-robot

BERTRAND BURGALAT

(Tricatel)

jeudi 25 janvier 2007, par Nicolas Pelletier

Cet orfèvre du son, né en Corse en 1963, s’est fait remarquer par son travail avec Katerine, Depeche Mode et Mick Harvey lorsque l’Australien a traduit Gainsbourg. En 2000, il présentait enfin un premier effort solo, The ssssound of music, bien accueilli par les « fans » de Air ainsi que par les nostalgiques des années 1960/70. Non pas que sa musique sonne vieillotte, bien au contraire, mais l’électro-pop de Burgalat pige certaines de ses trouvailles dans le kitsch français de l’époque de Françoise Hardy et Cie. Pour Portrait-robot, le compositeur-arrangeur-mixeur-producteur s’est aussi lancé comme chanteur… anglophone ! Musicalement, la barre est toujours aussi haute : les pièces étant riches de sonorités à la fois modernes et mélancoliques (Spring isn’t fair). Le chant est moins original, mais quand même sympa (la bombe Another world gone by). On y sent l’influence de son copain Katerine lorsqu’il revient au français (Noël sur ordonnance). Reste que c’est surtout pour sa richesse et son audace musicales que l’on apprécie Burgalat. Sous casque d’écoute, son Portrait-robot est un régal. NP

- Desc. : Électro kitsch chanté
- R.S.V.A. : Katerine, Air, Nicolas Repac

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0