[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Modern Guilt

BECK

(DGC/Universal)

mercredi 6 août 2008, par Nicolas Pelletier

(3/5) On reconnait toujours facilement la musique de Beck dès les premières notes d’une chanson. Il a un style vocal et musical unique, marqué d’une certaine ironie (son premier « hit » n’était-il pas Loser ?), bien qu’il varie et évolue au fil des ans.

Son 12e opus en 15 ans reste dans la lignée des récents albums : depuis le triste Sea Change publié en 2002, Beck s’est tenu loin des pistes de danse et s’est remis à l’expérimentation, tel qu’on l’a connu les premiers jours. Modern Guilt comporte beaucoup de sonorités modifiées par ordinateur (Volcano) sur lesquelles il chante, toujours de façon flegmatique et détachée. On retrouve ce ton typiquement blasé sur de bonnes mélodies « cools » (Orphans), qui, à défaut d’être remarquables ou accrocheuses, font planer plus que danser. On est bien loin des albums Odelay (1996) ou Midnite Vultures (1999) et leurs couleurs pop groove.

Le maître du bidouillage s’est fait dépassé par les Pop Levi, RJD2 et autres Jim Noir de ce monde (sa Gamma Ray est dans cette veine), mais Beck conserve une longueur d’avance sur la profondeur et sur l’aspect « chanson » que ces autres artisans du son n’ont pas nécessairement (encore) aussi bien développé. Chez Beck, en plus de l’emballage sonore impeccable et original, on a de véritables chansons structurées à la base, et ça paraît. Il manque toutefois un peu de pep à ce « Modern Guilt » pour en faire un album auquel on a envie de revenir souvent. Sympa, sans plus.

- Desc. : Groovy folk pop
- R.S.V.A. : RJD2, Flaming Lips, Eels

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0