[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > B > BALLIN’ THE JACK

The big head

BALLIN’ THE JACK

(Knitting Factory)

janvier 2002, par Stéphane Martel

Rarement en jazz actuel a-t-on entendu une maîrise aussi édifiante du mariage entre contemporanéité et musique plus ancienne (écoutez la toute dernière pièce pour un exemple probant). Matt Dariau (membre aussi des Klezmatics et du Pandora trio), la "grosse tête" de Ballin’ the Jack en est le grand responsable. Le septuor s’approprie le répertoire de Duke Ellington, Benny Goodman, Glenn Miller et compagnie mais avec une plus grande emphase pour le matériel original que sur leur premier album "Jungle" (néanmoins très bon). Ici on se croirait autant dans un film de Woody Allen que dans un bar new-yorkais en compagnie de John Zorn et Bill Frisell. Globalement, leur approche est moins échevelée qu’auparavant, quelque peu plus douce, tranquille et sensuelle. Des 66 généreuses minutes de musique, rien n’est à jeter, mais notons leur sublime reprise de "Creole love call" d’Ellington qui est comme une lente et longue caresse le long de la joue. Orgasmique. Une oeuvre riche, tout à fait cohérente, innovatrice tout en restant fidèle à ses racines classiques. La performance des musiciens est exceptionnelle et démontre un étonnant sens créatif de leur part. "The big head" est un véritable cours d’histoire en même temps qu’une superbe expérience sensorielle. Convaincant. (9/10) SM
- Desc. : Jazz/Swing/Big band
- R.S.V.A. : Myth science, Kamikaze ground crew, Sex mob

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0