[] [] [] [] [] []

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > A > JOSEPH ARTHUR & THE LONELY ASTRONAUTS

Let’s Just Be

JOSEPH ARTHUR & THE LONELY ASTRONAUTS

(Indica)

jeudi 17 janvier 2008, par Nicolas Pelletier

Le rock du prolifique auteur-compositeur-interprète d’Ohio est à mi-chemin entre les riffs stoniens de Keith Richards (Diamond ring) et du bon vieux grunge à la Nirvana (Cocaine feet). Arthur pousse même la note à certains endroits en imitant le hard-rock glitter à la Kiss (Goodlife ou Cockteezze), mais heureusement que son talent de compositeur lui fait sauver la face. Sur Spaceman, on est plongés dans l’univers de T-Rex et de Bowie époque 1970, bien que sa chanson n’ait rien à voir avec le classique de Ziggy Stardust. Souvent, on n’est pas très loin de l’ambiance sombre des National, mais en plus rock’n’roll. Disons qu’Arthur a cultivé son influence Rolling Stones des années 70 et s’en sert à volonté : l’influence du rock acoustique époque Sticky fingers est carrément flagrante sur la longue Lonely astronaut… qui dure plus de 20 minutes ! Découvert par Peter Gabriel, puis lancé en première partie de Ben Harper et de Gomez en 2000, Joseph Arthur se dirige lentement mais sûrement vers un plus large public qui appréciera sa voix granuleuse et ses chansons solides et accrocheuses.
- Desc. : Grungy rock’n’roll
- R.S.V.A. : The National, The Eels, Nirvana

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0