[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > A > AUN / HABSYLL

Split LP

AUN / HABSYLL

Public Guilt

mardi 23 août 2011, par Yannick Valiquette

(3/5) Les split albums ont toujours été un medium fascinant. Plus souvent qu’autrement, on ne connaît qu’un des deux artistes, et on se procure l’album dans l’espoir d’entendre quelques joyaux qui ne seraient autrement pas disponibles. Pour ce qui est de l’autre artiste, on verra bien. Dans le cas de ce split, il y a de fortes chances que AUN, le projet de Martin Dumais, soit l’artiste qui vous intéresse et que Habsyll, un groupe provenant de Toulouse avec un album et un autre split à son actif, vous soit totalement inconnu.

AUN s’approprie la face A avec ‘Druids’, une lente excursion de guitares drones et d’ambiances électroniques qui se succèdent jusqu’à ce que nous soyons complètement absorbés par une masse sonore étrangement apaisante. À son apogée, les rythmes shoegaze disparaissent subitement pour nous laisser dans un vide qui ne tarde pas à se remplir de sonorités plus sombres et menaçantes, renouant ainsi avec les racines plus noise et ambiantes de AUN. ‘Fall Out’ fait ensuite son apparition et s’impose immédiatement avec son mélange de drone, de space rock et d’industriel ponctué de couches électroniques qui nous gardent captifs jusqu’à la toute fin. La face B est donc consacrée au groupe Habsyll, à qui il revient la difficile tâche de suivre ce qui est sans doute deux des meilleures pièces que AUN nous ait offerts à ce jour. Opérant dans un registre décidément plus inquiétant, le groupe français nous donne ‘IV’, une pièce impénétrable qui se dévoile par vagues doom dirigées par la batterie et les distorsions de guitares qui traînent derrière elle. D’abord intrigante, presque théâtrale par ses sons mystérieux, ses cris et sa pulsation irrégulière, ‘IV’ devient malheureusement moins convaincante à mesure que la tension augmente. Les éléments sont réunis, mais le groupe semble peiner à les rassembler de façon fluide et le résultat final ressemble plus à un collage qu’à une entité propre.

Les fans de AUN devraient se procurer ce split sans même se poser de question sur ce qui se trouve sur la face B. Particulièrement si vous avez apprécié ‘VII’, vous retrouverez ici Martin Dumais oeuvrant dans le même domaine, essayant au passage quelques nouvelles idées qui n’ont pas été abordées ailleurs dans sa discographie. La pièce que nous offre Habsyll n’est peut-être pas à la hauteur de ses ambitions, mais elle détient néanmoins assez de bons moments pour piquer notre curiosité jusqu’à un prochain album complet.

- Desc. : Drone, Doom, Ambiant
- R.S.V.A. : Nadja, Thisquietarmy, Sunn0))

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0