[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > A > AUFFENBERG, RYAN

Marigolds

AUFFENBERG, RYAN

Evangeline

mercredi 4 février 2009, par Nicolas Pelletier

(4/5) Magnifique premier album de la part de cet auteur-compositeur-interprète de 26 ans, originaire de Jefferson City (Missouri), patelin du fameux Jesse James. Auffenberg n’a rien d’un cowboy. C’est plutôt un auteur sensible avec un fort sens mélodique, à quelque part entre les voix de Patrick Watson, Hayden et Brian Borcherdt. On peut y faire un parallèle avec le Sea Change de Beck ou le récent April de Sun Kil Moon, à la différence que Marigolds n’est pas aussi déprimant ni aussi sombre que ces deux très bons albums.

La musique d’Auffenberg n’est pas particulièrement triste, mais elle regorge de mélancolie. Il chante avec le cœur sur la main, à la Neil Young, et son talent mélodique s’occupe du reste. La plupart des dix chansons ici présentées ont un air mémorable, que ce soit en refrain ou au couplet. D’autres fois, ce sont quelques vers qui, bien tournés, marquent la mémoire et font rejaillir une émotion renflouée.

Ce qui est également impressionnant est l’étonnante maturité avec laquelle Auffenberg, qui n’a que 26 ans, livre ses chansons. La chanson titre qui ouvre son premier LP (un EP a été publié il y a quelques années) dégage une belle confiance. Ses chansons sont portées par un chant solide et des accompagnements simples basés sur le piano ou la guitare acoustique et supportées par un « band » complet. Alright, Okay, la dernière chanson, est du folk pop typique avec refrain sympathique, balais sur caisse claire et banjo en arpège. Ça aurait pu être chanté par les Traveling Wilberys, ensemble ou en solo, comme ça pourrait être la version anglophone de ce que fait Vincent Vallières.

Sympathique, chaleureux, simple, efficace, authentique.

- Desc. : Pop mélancolique
- R.S.V.A. : Patrick Watson, Vincent Vallières, Sun Kil Moon

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0