[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

In The Pines

AROARA

Club Roll

mardi 15 octobre 2013, par Émile Foucher

(4/5) Désormais établi à Montréal, le couple Ariel Engle et Andrew Whiteman ( Broken Social Scene, Apostle of Hustle) se produit sous le nom d’AroarA et nous offre In the Pines, un album folk minimaliste truffé d’ingéniosité.

Dès la première pièce (#14), l’auditeur est saisi par le dépouillement des compositions. S’appuyant majoritairement sur la voix sensible et éraillée d’Ariel ainsi que de quelques instruments à cordes et des textures électro, les compositions d’Aroara sont simples, mais pour le moins intéressantes.

Influencé par le blues, le rockabilly, le grunge et les musiques du monde (influence présente sur l’album), la force d’In the Pines demeure dans les textes, entièrement basés sur les écrits de la poète américaine Alice Notley, dans son recueil du même nom. Si l’on prend en considération le EP de 5 pièces, qui a précédé l’album, Aroara a revisité l’entièreté des 14 poèmes qui le composent. Paru en 2007, le recueil de poèmes In the Pines traite de sujets sombres, existentiels et obscurs tels que la mort, l’identité et l’amour, des thèmes magnifiquement transposés sur des pièces qui ont le mérite de laisser un espace à la hauteur de la poésie de Notley.

La faiblesse de l’album réside dans la réalisation un peu brouillonne, mais malgré cette imperfection attachante, AroarA prouve qu’il est possible de mettre des textes convaincants à l’avant-plan, tout en offrant une musique accrocheuse digne d’intérêt.

- Desc : Indie-Folk
- R.S.V.A. : Broken Social Scene, Mark Robinson, Feist

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0