[] [] [] [] [] []

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > A > ARIEL PINK’S HAUNTED GRAFFITI

Worn Copy

ARIEL PINK’S HAUNTED GRAFFITI

(Paw Tracks)

jeudi 16 mars 2006, par Arnaud Cordier

En parcourant les étalages des boutiques de disques usagés, on tombe assez souvent sur ce qu’on n’était pas venu chercher et puis on succombe, on fait fi de l’aspect « usé » du disque. C’est un peu l’effet que produit, pour sa deuxième vision officielle après The dolldrums, Ariel Rosenberg alias Ariel Pink’s Haunted Graffiti, fidèle à son esthétique « home made », sans débauche de moyens. Parce qu’il déteste l’éthique des productions standards, prenant son 4 pistes comme d’autres le stylo, Worn copy est un disque pop lo-fi pas comme les autres, cette copie s’apparente d’ailleurs à un objet (un vinyle ?) sonore qui aurait pu s’enregistrer sur la route, au son des centaines de stations de radio qui hantent les bandes FM et AM de la Californie à la Floride. Ariel Pink arrive à condenser la pop ensoleillée et psychédélique de la côte ouest avec le garage d’un Detroit, la new wave synthétique et l’art pop new-yorkais de la fin des « seventies » par des collages, parfois abracadabrants, aboutissant en chansons qui donnent également par moment dans l’humour cynique (Credit) et la parodie (Creepshow). Si la longueur est à repenser, ce faux vieil album « transgénérationnel » saura réunir votre frère, vieux « fan » de new wave, votre mère hippie et votre cousin « nerd » et puis vous qui n’en demandiez pas tant. Du recyclage à moindre coût.

- Desc. : Vintage pop.
- R.S.V.A. : Guided By Voices, Jefferson Airplanes, J. Richman.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0