[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > A > ARCADE FIRE

Reflektor

ARCADE FIRE

Sonovox/Merge

vendredi 29 novembre 2013, par Nicolas Pelletier

(4/5) Voilà enfin le nouvel album d’Arcade Fire, ce « Reflektor » dont on nous titille l’envie depuis l’été dernier, à coup de tags à la craie et de concerts surprises (le fameux 9 du 9 à 9h). Il serait tentant de lui lancer ses superlatifs simplement pour avoir l’air cool, mais j’avoue que c’est vraiment un excellent album. C’est sans doute l’opus de la bande à Win Butler et Régine Chassagne qui va vraiment me rendre fan invétéré du groupe. Et, oh joie, ce disque double est d’une durée de 75 minutes !

« Reflektor » comporte plusieurs excellents morceaux qui font taper du pied et pas seulement au refrain. We Exist est un morceau aussi puissant que dansant. Plusieurs titres rappellent le David Bowie des années 76-80, de l’époque « Scary Monsters ». Le Thin White Duke participe d’ailleurs aux chœurs sur l’album ! Des chansons très typées (le reggae futuriste de Flashbulb Eyes), assez complexes lorsqu’on se met à les écouter attentivement, mais qui ne perdent jamais un moment de pertinence. Plusieurs chansons sont aussi assez longues pour qu’on puisse y plonger, se familiariser avec un groove unique, les apprécier à leur pleine mesure. Ma première impression était qu’Arcade Fire avait pondu un album « mou » et relax, comparativement à la densité sonore à laquelle ils nous avaient habitués (à la Ready to Start, pièce emblématique dans leurs concerts, ou Rebellion (Lies)). Lorsqu’on écoute Here Comes The Night Time, on se demande s’ils ont succombé au confort, étant donné leur célébrité et succès mondial. Mais non, les mélodies, le piano, le clavier new wave lointain, le groove vaguement reggae, jusqu’à la grande montée antillaise en finale, tout cela est génial et parfaitement dosé.

Le genre d’album qu’on aime à la première écoute pour des raisons différentes de celles de la dixième écoute... Et par le temps qu’on en est là, on est complètement dépendants, anticipant plusieurs passages hallucinants.

Arcade Fire existe depuis 2000 et regroupe sept musiciens permanents autour desquels gravitent plusieurs amis et anciens membres du groupe. « Reflektor » est le 4e album du groupe. Leur tout premier, « Funeral », avait attiré l’attention de David Bowie qui en avait parlé en bons mots, propulsant une grande vague d’intérêt envers les Montréalais, en 2004. « Funeral » et « The Suburbs » (2010) ont été élus meilleur album de leur année respective par Acclaimed Music. Le plus récent a été classé #1 dans plusieurs pays à travers le monde et remporté le Grammy Award de l’album de l’année devant plusieurs grandes vedettes pop américaines – à la surprise générale !

- Desc. : Indie rock/Alternatif pop
- R.S.V.A. : Talking Heads, Vampie weekend, David Bowie

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0