[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > A > ANGIL & THE HIDDENTRACKS

Oulipo Saliva

ANGIL & THE HIDDENTRACKS

We Are Unique/Chemikal Underground

lundi 27 avril 2009, par Nicolas Pelletier

(4/5) Rares sont les artistes qui ont en eux un immense talent mélodique et une capacité à concevoir des arrangements originaux. Ce « Angil » a ces deux qualités en main ! Créateur d’airs incroyablement accrocheurs (In Purdah), il a aussi l’acuité musicale d’enrober ses chants d’instruments à vent (hautbois, flûtes, cuivres), de cordes et de rythmes à saveur jazzée.

L’art d’Angil navigue entre la pop moderne des RJD2, Pop Levi et autres Jim Noir. Mais en plus, il a le talent d’un Mark Everett (The Eels) ou de Damon Gough (Badly Drawn Boy) pour écrire de très efficaces chansons, et la verve de Yoni Wolf (Why ?) au niveau vocal. Il frôle le rap et le slam, vu sa façon de chanter très rythmée à la Tim Fite (Trying To Fit), mais sa musique est tellement riche qu’on ne peut le limiter à un genre. Il déborde de partout !

Le seul défaut de cet album est le fait qu’Angil ait composé plusieurs titres sur un piano antique complètement désaccordé (comme sur Took No Drugs and Had No Drink (It all was in our minds)) qu’il aurait trouvé dans un magasin de linge (!!). Si le but est de s’approcher d’une démarche de piano préparé à la John Cage, c’est bien louable. Mais le problème est que dans un contexte « pop », un piano qui sonne faux est plus agressant qu’autre chose et gâche ses airs autrement captivants. Malgré ce défaut heureusement marginal, il se dégage une belle énergie créative de cet album. Néophytes, imaginez Moby utilisant des instruments à vents et une attitude à la Robert Wyatt (Do Not Think - part 2).

On n’en est pas à une surprise près avec cet album. Celui qui se cache derrière le pseudonyme d’Angil s’appelle Micakël Mottet et est originaire de… St-Etienne, en France ! Ni la langue ni les références musicales ne pouvaient laisser croire qu’on avait ici affaire à un musicien de l’Hexagone. Il s’agit d’un deuxième opus pour Mottet et son orchestre burlesque : les Hidden Tracks. (NP)

- Desc. : pop expérimentale
- R.S.V.A. : Hood, RJD2, Why ?

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0