[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > A > ALLAH-LAS

S/T

ALLAH-LAS

Innovative Leisure

jeudi 13 décembre 2012, par Nicolas Pelletier

(4/5) Basé sur l’écoute, il est difficile de savoir quand est sorti cet album ! Les yeux fermés, je dirais 1968. Allah-Las fait du rock’n’roll qui sonne comme du Yardbirds (Busman’s Holiday), Love, The Animals et même du Lou Reed des débuts : ils les citent carrément sur Don’t You Forget It lorsqu’ils chantent « You’re gonna reap just what you sow » comme sur le classique Perfect Day. Ce n’est pas tous les jours qu’on croise ces mots ! Allah-Las est dans la même lignée que les fameux Gruesomes – mythique band garage rock montréalais des années 90 – ainsi que Dick Dale lorsque la guitare lead se fait surf sur Sacred Sands. Chose certaine, je n’avais jamais entendu un son de ce groupe, soit-il ancien ou récent !

En fait, le premier album éponyme est sorti il y a à peine quelques semaines ! Les quatre musiciens qui composent cette formation pour le moins unique sont des Californiens fans du son « vinyle », passionnés par les années 60. Même le son griche légèrement comme si on écoutait un vieux 33 tours usé. Mais pas trop, pour ne pas tomber dans la parodie. Le design de la pochette rappelle le style graphique de l’époque. Ces créateurs n’ont rien laissé au hasard.

Miles Michaud, chanteur et guitariste, Pedrum Siadatian, responsable de la guitare électrique, Spencer Dunham, bassiste et Matthew Correia, batteur, percussionniste, font donc un rock rétro exactement comme il se faisait à cette belle époque où les tubes rock ne duraient jamais plus de trois minutes et où on y rêvait de plages et de belles filles blondes dont on tombait inévitablement amoureux. La musique d’Allah-Las n’est par contre pas habitée de l’urgence ni du sex appeal des premiers groupes de la British Invasion à laquelle ils ressemblent tant. Ils sont plutôt cool comme l’étaient les Byrds (Vis à vis) ou même Mazzy Star par moments. C’est clair que cet album doit plaire à Quentin Tarantino ou à Nick Hornby puisque plusieurs chansons sont taillées sur mesure pour faire bonne figure dans les films réalisés ou écrits par ces mélomanes qui recherchent l’unique.

Un microsillon à découvrir pour replonger dans un esprit relax et chaleureux, mais aussi mystérieux, et certainement curieux, étant donné qu’il semble avoir été publié quarante ans après son enregistrement.

Une belle curiosité.

- Desc. : Rétro surf garage rock
- R.S.V.A. : The Animals, Love, The Yardbirds

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0