[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > A > ALL CITY AFFAIRS

Identify Theft

ALL CITY AFFAIRS

Lujo

samedi 1er novembre 2008, par Nicolas Pelletier

(2.5/5) All City Affairs est l’affaire d’un seul homme, Peter Andreadis, par ailleurs batteur du groupe Baby Teeth, un trio indie pop de Chicago, Illinois, formé en 2002. Andreadis y joue de tous les instruments, et se défend fort bien, puisque tous ont été enregistrés traditionnellement, sans séquences.

Identify Theft regorge de sonorités très 80s. Les claviers et la basse « fuzz » sont souvent les mêmes qu’utilisaient des groupes comme The Cure, mais le traitement ici y est beaucoup moins sombre. Sur son site myspace, Andreadis cite Paul McCartney comme influence musicale majeure, et sur certains titres, ça s’entend (So Much Control, pt 2, en est un bon exemple).

Mais d’une façon générale, ce sont aux côtés d’artistes fortement influencés par la pop des années 80 (Buttless Chaps, Matthew Sweet, Joel Plaskett, pour n’en nommer que trois), qu’il faut « catégoriser » All City Affairs. C’est-à-dire une pop très agréable, parfois très dynamique (Little Pills), parfois soutenue par un chant un peu limité, bien que juste et habilement mélodique. One More Shot est un excellent morceau qui joue sur une tension retenue, sur « beat » robotique.

À long terme, ce serait peut-être plus enrichissant d’entendre les morceaux d’ACA livrés par un réel groupe. La sonorité électronique sur certains titres limite l’ampleur musicale que ceux-ci mériteraient. Par exemple, les pièces Identify Theft et Different when we’re alone souffrent de claviers stridents et de « beat box » franchement agressants. Les guitares sauvent la mise vers la fin de la seconde chanson, mais au final, ça nous enlève un peu l’envie de réécouter ces « blips blips » et « whizzz » du passé.

- Desc. : Indie lo-fi synth pop
- R.S.V.A. : Buttless Chaps, Matthew Sweet, Joel Plaskett

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0