[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > A > AKRON/FAMILY

Set ‘Em Wild, Set ‘Em Free

AKRON/FAMILY

Dead Oceans

dimanche 18 octobre 2009, par Nicolas Pelletier

(4/5) Surprenant que ce 5e album de l’Akron Family ! Reconnus surtout pour leurs ambiances folk de qualité, le quatuor brooklynois attaque cet album avec un excellent funk sauce 70s (Everybody’s Guilt)… et nous fait également passer par des moments cahotiques un peu agressifs (Gravelly Mountains of the Moon, qui débute pourtant avec de jolies flûtes).

Mais dans l’ensemble, la musique de ces musiciens habitant New York et Williamsport, en Pennsylvanie, est très intéressante. Les airs sont souvent accrocheurs (la belle River), les textes souvent répétitifs, comme pour marquer une transe (Sun Will Shine), et le mélange des guitares acoustiques avec certains éléments électroniques rafraîchit le moule americana folk, usé à la corde par tous les folk singers de la Terre. La Akron Family fait à la fois penser à Grand Archives par ses harmonies vocales, à Vampire Weekend pour son ton pince-sans-rire et ses occasionnelles guitares un peu africaines, et à Yeasayer pour l’esprit de groupe.

Les trois principaux membres du groupe, Dana Janssen, Seth Olinsky et Miles Seaton, ne se limitent pas à des rôles fixes au sein de la famille. Ils attrapent l’instrument qui leur plait sur le moment et font une bonne place à l’improvisation dans leur processus créatif ainsi qu’en concert. Ils ont débuté leur collaboration en 2003, enregistrant des tonnes de démos dans l’appartement brooklynois d’un des gars. En 2004, ils tournaient avec Great Lake Swimmers et Sir Richard Bishop de Sun City Girls, en plus de partager un split CD avec la formation Angel of Light.

La voix et les textes d’Olinsky sont fascinants. Bien écrites et bien livrées, les 11 chansons de « Set ‘Em Wild, Set ‘Em Free » ont toutes, au minimum, une partie intéressante, lorsque ce n’est pas carrément la chanson au complet qui est bonne. Chose certaine, la Family ne se cantonne pas de façon pépère dans un style. Au contraire, ils explorent plusieurs rythmes et montées d’intensité, et ce, parfois au sein du même morceau. Certains moments ne sont pas folk du tout, comme Creatures, plus proche de Islands ou Lily Perdida que de Wilco… bien qu’à la fin de cette même chanson, les guitares en picking reprennent le dessus ! La suivante, la douce et belle The Alps & Their Orange Evergreen, comme pour me faire mentir, est carrément aussi folk que Dylan ou Desjardins peuvent l’être.

Sans jamais tomber dans le style « Of Montreal », la Akron Family nous livre un album très diversifié, avec ses moments mélodiques puis cahotiques. Le tout est cohérent et s’écoute d’une traite ou en morceaux avec un plaisir égal. Franchement, si ce n’avait pas été des montées cahotiques, j’aurais eu de la difficultés à y trouver un reproche… et lui aurait décerné un 5/5.

- Desc. : Néo-americana
- R.S.V.A. : Grand Archives, Yeasayer, Devendra Banhart

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0