[] [] [] [] [] []

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > A > AFRODIZZ

From Outer Space

AFRODIZZ

C4

samedi 28 janvier 2012, par Nicolas Pelletier

(4/5) La formation québécoise livre un excellent album qui couvre cette fois un spectre bien plus large que le cool funk auquel ils nous avaient habitués depuis quelques années. Afrodizz était avant tout LE groupe à inviter pour faire taper du pied les quidams lors d’événements extérieurs. Leur groove est contagieux et irrésistible. Mais sur « From Outer Space », ils viennent de passer à la vitesse supérieure. Ce disque est beaucoup plus recherché, beaucoup plus riche, beaucoup plus habité, et ce, sans perdre une once de groove. Tour de force !

Ce sont les influences de Fela Kuti lors de ses légendaires grands jams des années 70 avec un soupçon de James Brown qui dominent sur ce 2e album. Il y règne une ambiance de voodoo sombre à la Screamin’ Jay Hawkins des débuts, mais avec davantage de rythme. On a parfois l’impression d’assister à la danse mystérieuse d’une secte secrète. Sans tomber dans le macabre, Vance Payne utilise sa voix de différentes manières pour créer des moments forts. Sur Suspect, il la modifie pour créer un effet rétro, très 70s. Les chœurs donnent un effet d’entraînement collectif hanté.

Et il y a évidemment les cuivres, omniprésents, punchés et dont les harmonies sont riches. Ils mènent le bal dans un délire contrôlé (notamment sur Arrival). Les guitares sont beaucoup plus agressives, ne se contentant pas de rythmiques groove. Elles contribuent à l’aspect lugubre, parfois presque garage rock. Sur Lethal Venom, elles sont sales et mystérieuses. Payne en rajoute avec une voix grave presque parlée, à la Tom Waits. Très réussi ! Wanna See, la seule pièce plus lente de l’album est un puissant rap sur fond de trompettes jazz et de percussions latinos. La basse fuzzée y joue un rôle important, tout comme la guitare wah-wah, jammant avec les notes basses émises par la section des cuivres.

Afrodizz n’oublie pas comment faire décoller un party. Flow est une dynamique pièce qui arrête le trafic et entraîne le public à participer (ça doit être un succès sur scène !). Des formations comme Sunshine & Good People devraient apprendre de cet exemple fulgurant. Il faut du mordant pour accrocher les gens, Afrodizz en déborde !

Un album solide de black soul, d’énergie contagieuse et de funk haut de gamme qui plaira autant aux DJs de bars qui veulent brasser la cage et réveiller leur clientèle que l’auditeur solo qui se cherche un coup de pied au derrière musical. Très très solide !

- Desc. : Soul funk
- R.S.V.A. : Fela Kuti, Femi Kuti, Lee Fields

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0