[] [] [] [] [] []

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > A > A STORM OF LIGHT

Forgive Us Our Trespasses

A STORM OF LIGHT

Neurot

samedi 12 juin 2010, par Éric Dumais

(2.5/5) La formation A Storm Of Light vient de faire paraître, au mois de septembre dernier, leur troisième opus, qui, depuis la sortie du sublime And We Wept The Black Ocean Within, est définitivement établi sur l’étiquette américaine Neurot (Red Sparowes, Grails, Neurosis). Ce nouveau chapitre, dont l’intensité demeure sensiblement la même que celle des deux derniers albums, prend place au centre d’une histoire apocalyptique totalement abracadabrante, qui constitue en soi le prochain chapitre de la fin du monde, qu’ils ont intitulé fort à propos Forgive Us Our Trespasses.

Josh Graham, artiste et musicien que l’on connaît notamment grâce à son travail en tant que collaborateur visuel pour le groupe Neurosis, et qui a également été un des membres fondateurs de Red Sparowes, une formation post-rock originaire de Los Angeles, est la tête pensante du quatuor A Storm Of Light. Il est accompagné par une brochette de musiciens talentueux, dont Domenic Seita (ex-Tombs), Joel Hamilton (Battle Of Mice, Book Of Knots), Geoff Summers (Batillus) et Zohra Atash (Religious To Damn). Avec l’album And We Wept The Black Ocean Within (2008), mais aussi avec l’excellent Primitive North (2009), les membres de ASOL ont prouvé au grand public qu’ils étaient passés maîtres dans la composition de contes sombres et mélancoliques, qui sont situés à la frontière de l’imaginaire et de la désolation.

En réalité, le concept qui entoure la création de l’opus Forgive Us Our Trespasses s’avère légèrement plus complexe. L’histoire évolue au sein des dix chansons et apporte une vision apocalyptique du monde, au sein duquel une série d’actes de destructions brutales ont lieu, et qui sont destinés à balayer l’univers fictif dans lequel les membres de la formation nous ont plongés au départ. Les mélodies post-métal prennent leur sens avec l’expression « le calme avant la tempête », puisque toutes les compositions de l’album sont lentes et contenues, comme s’il y avait beaucoup de retenue dans leur manière de jouer. Écouter A Storm Of Light, c’est faire abstraction du monde pour nous ouvrir à une dimension nouvelle, à un univers fictif en soi, mais où tout a été balayé, comme si une marée gigantesque avait ravagé le paysage. Les chansons portent la marque de la destruction et nous amènent dans une contrée vide, où la renaissance commence à peine à prendre forme. Après la chanson Tempest, qui s’avère être le summum de l’intensité dramatique de l’opus, les mélodies semblent se calmer, s’apaiser même, d’où l’apport des cordes, qui apportent calme et tranquillité dans une atmosphère chargée à l’excès.

Je recommande Forgive Us Our Trespasses à ceux qui aiment être dépaysés à l’écoute d’un album. Vous aimerez les rythmes solides à la Tool, mais aussi les longues explorations musicales propres à Neurosis.

- Desc. : Post-métal
- R.S.V.A. : Tool, Neurosis, Isis

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0