[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > Y > YOUTH LAGOON

Wondrous Bug House

YOUTH LAGOON

Fat Possum

mardi 28 mai 2013, par Émile Foucher

(4/5) Le musicien américain Trevor Powers nous un offre un deuxième album complexe, désaxé mais au final adorable, à l’image de son créateur.

L’album conceptuel, où un imaginaire juvénile nostalgique rencontre des sonorités industrielles archaïques, plaira aux amateurs d’univers introspectifs et planants, pour qui la première écoute n’est pas synonyme de plaisir immédiat.

Les pièces d’ouverture Through Mind and Back et Mute donnent facilement le ton de cet album complètement déliré, notamment par l’utilisation de guitares aigus et de d’autres bidules analogiques, réunis ici tout en distorsion au travers d’une puissante montée. Plus tard, des compositions ressemblants à de vielles comptines pour enfant (Attic Doctor, Sleep Paralysis) viendront troubler les repères temporels du mélomane ; pour son plus grand plaisir.

Malgré une utilisation accrue de psychédélisme enfantin et d’univers atmosphériques planants, Wondrous Bug House nous accroche par ses résonances pop dans la majorité de ses compositions et nous fait succomber par la voix douce et mielleuse de Trevor. À noter aussi, l’exploration de bruitages inusités mais néanmoins intelligents sur Sleep Parlysis et Pelican Man et l’envolée instrumentale d’inspiration orientale sur Rasberry Cane, qui rendent l’album encore plus intéressant.

Bref, cette créature nommée Youth Lagoon à bien fait de s’extirper de son appartement étudiant (voir caverne), car il vient tout juste de servir un album étonnamment impressionnant, pour tous ceux qui oseront s’y aventurer.

- Desc : Dream Pop Psychédélique
- R.S.V.A : Alt-J, Sparklehorse, Unicorns

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0