[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > Y > YOUNG, NEIL

Le noise

YOUNG, NEIL

Reprise/Warner

vendredi 22 octobre 2010, par Jeff Bugz

(5/5) Loin de moi, l’idée de vouloir faire des flammèches en accordant une note parfaite à cet album, mais son accomplissement, à cette étape de la vie de Neil Young, vient me chercher et sa musique me touche énormément. On ne fait pas de cachette en considérant Neil Young comme l’un des plus grands artistes au pays, c’est à nouveau pour la énième fois que le maître le prouve avec Le noise.

Il ne faut pas réfléchir trop longtemps pour s’apercevoir que son plus récent opus est sans aucun doute l’un des moins accessibles commercialement de sa longue carrière. Le vieux routier a confié l’enregistrement à son ami Daniel Lanois, qui a construit un studio pour pouvoir enregistrer cet album. Il faut aussi avouer que le vieux Neil n’a pas toujours tout réussi, on prend par exemple la platitude de 2002 (Are you passionate ?) qui frôlait le désastre sonore. Il n’y a aucun doute que Lanois y est pour quelque chose d’important dans Le noise, enfin, c’est ce qu’on ressent tout au long de l’écoute.

Qu’est ce que ce disque a de si particulier ? Vous y trouvez un Neil Young seul avec sa guitare, pas de batterie ni de basse, pas d’artifice ou de fausse retouche, si ce n’est que des effets de base (très présent) comme la distorsion de sa guitare sur pratiquement tous les morceaux, des effets de réverbération et de délais très accentués, surtout l’écho se sa voix qui se perd, rebondit, et revient donnant un aspect psychédélique à plusieurs chansons.

Le noise est un album intime, mélancolique, minimaliste et sombre à la fois. Pourtant, on y retrouve deux morceaux acoustiques magnifiques, détonnant du côté obscur et bruyant du reste de l’album. Certes il n’est pas facile à adopter, mais ce nouvel album démontre que Neil Young n’a aucune crainte de ce salir, d’innover et de se faire plaisir. Un album qu’il faut adopter, écouter avec curiosité et sans dédain. Un disque fascinant et pourtant si simple, si simple qu’il aurait pu être enregistré dans un garage.

- Desc. : Folk sombre
- R.S.V.A. : Rick White Album, J Mascis, Neil Young & The Crazy Horse

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0