[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > Y > YEASAYER

Fragrant World

YEASAYER

Secretly Canadian

vendredi 31 août 2012, par Vincent Lefebvre

(3.5/5) Dès la première écoute du nouvel album de Yeasayer, il y a quelque chose d’étrange qui s’implante assez rapidement : l’incertitude. On repère tout plein d’influences et de genres différents, mais on n’arrive pas à mettre le doigt sur ce qu’est exactement Fragrant World. C’est probablement aussi le point fort de ce projet : le « free-for-all ». Pour les besoins de la cause, voici quelques saveurs au menu : The Faint, The Mars Volta, The Rapture, Grimes. Évidemment, c’est une interprétation bien personnelle de ce qu’a à offrir la formation de Brooklyn, mais on comprend que le spectre est bien large lorsqu’il s’agit d’Yeasayer. Et, mentionner Brooklyn n’est surtout pas innocent. Comme si toutes troupes new-yorkaises et/ou brooklynoises se devaient de jouer dans l’expérimentation dansante.

Ceci dit, malgré le fait qu’il laisse planer le doute, on arrive à croire aux mélodies et à l’univers pour le moins étrange proposé par Fragrant World. Amateurs de voix trafiquées, de claviers et percussions synthétisés, voici votre nouvel album de l’heure (et oui, surement qu’après une heure, vous voudrez passer à autres choses, mais bon…). Dans la brume qu’installe Yeasayer avec son troisième album, il y a tout de même quelques moments forts (ou phares) : Fingers Never Bleed, qui ouvre le bal, nous met rapidement dans l’ambiance et nous propose un survol de ce qui nous attend pour la suite. Henrietta est envoûtante, sombre et offre une pause avant de tomber aux rythmes de Devil and the Deed et No Bones. Mais, la pièce la plus marquante est assurément Damaged Goods, avec sa cadence efficace et familière.

Au final, on ne ressort pas changé de cette petite heure, mais on a quand même l’impression d’avoir passé un bon moment avec Yeasayer. Je doute que l’on veuille retourner plusieurs fois dans ce monde nébuleux et tapissé de polyester, mais l’expérience n’est certainement pas désagréable, loin de là. Ça n’apporte surement rien de nouveau de passer du temps avec Fragrant World, mais on est content de savoir que la musique peut encore être un exercice de style voire de l’essais-erreurs.

- Desc. : Indie-rock, psychédélique
- R.S.V.A. : Animal Collective, The Rapture, MGMT

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0