[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > W > WINDSOR FOR THE DERBY

Against Love

WINDSOR FOR THE DERBY

Secretly Canadian

mercredi 12 janvier 2011, par Nicolas Pelletier

(4/5) Ce groupe saveur post-rock basé à Austin (Texas) n’en est pas à ses premières armes : “Against Love” est leur 10e album depuis 1996, leur 4e sur l’étiquette Secretly Canadian. WFTD produit une musique plutôt hybride, située quelque part entre le post-rock un peu expérimental et bruitiste (Autumn Song), une touche de folk et le rock ambiant, dû à leurs longues intros et leurs longs passages instrumentaux.

Certains morceaux se basent sur des thèmes rythmiques hypnotiques pour subtilement travailler une longue montée en intensité, alors que d’autres sont de petits bijoux de folk ambiant tout en douceur (After Love, un superbe morceau du calibre de ce que font Iron & Wine, par exemple, avec une petite touche soul à la Daniel Lanois). La formation menée par Jason McNally et Dan Matz – qui habitent maintenant Philadelphie – peut également virer dans la psyché (Queen of the Sun) ou dans le lo-fi vaguement électro (Singer 1968), avant de revenir dans un moule “dreamy folk” à la Mazzy Star, dont on sent l’influence au niveau des guitares et des ambiances (Moon Shadows).

Vous aurez donc facilement compris qu’on a ici affaire à un album qui est un amalgame de plusieurs styles. Windsor For The Derby semble à l’aise un peu partout, bien que l’on sente que le chanteur ne semble pas vouloir trop s’exciter. Sa voix reste assez douce, toujours un peu en retrait, laissant toute la place aux guitares électriques et acoustiques qui donnent toute la texture à la musique du groupe. Aucune redondance sur cet album, il va de soi. Dans les moments plus acoustiques, ils deviennent aussi accessibles qu’Iron & Wine ou Grand Archives, alors que dans les moments plus travaillés, ils reprennent ce côté mystérieux qui captive tant. Soulignons Our Love’s A Calamity (wow, quel titre !), une balade folk très réussie qui aurait pu se retrouver dans un « soundtrack » comme celui de “High Fidelity”. Le ton détaché de la voix, combiné aux douces harmonies et à la mélodie charmante émanant du clavier (à la Cure), frappe dans le mille. À découvrir !

- Desc. : Dreamy folk/post-rock
- R.S.V.A. : Grizzly Bear, Early Day Miners, Bedhead

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0