[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > W > WILSON, GARY

Electric Endicott

WILSON, GARY

Western Vinyl

jeudi 17 mars 2011, par Olivier Boivin

(2/5) Un questionnement inévitable se fait en voyant une nouvelle sortie chez l’étiquette Western Vinyl. Cette sortie est le 3e album en carrière pour le personnage éclectique qu’est Gary Wilson. Son premier opus, paru en 1977, intitulé You Think You Really Know Me, enregistré avec son groupe The Blind Dates, n’avait rien de différent. Vingt-cinq ans plus tard, en 2002, quand est venu le temps de présenter son deuxième aboutissement avec la sortie de Mary Had Brown Hair, il continuait tout le travail sur des échantillons des 70’s, utilisant la formule copier-coller sans subtilité, par son style démodé, peu frappant. Comment est-ce possible de patauger constamment dans le même état d’esprit après des décennies ? Une histoire toute simple...

Dans des ambiances new-waves, Electric Endicott est une récolte d’ennui. Punch de fruits aux arômes artificiels trop sucrés, rock kitsch et claviers de salle de réception « cheapos », Electric Endicott ressort le vieux toxedo turquoise miroitant qu’on avait délicatement froissé dans notre inconscient. Il devrait y avoir une grosse date d’expiration sur la couverture du disque qui, somme toute, ne convainc personne. Vide, sans émotion, peu rassurant, le disque n’est rien d’autre qu’un mauvais numéro, au mauvais moment. Aucune sympathie ni qualité véritable ne monte à l’esprit en écoutant ce disque qui, s’il n’est pas une blague à ciel ouvert, se veut monotone et donne envie de tout faire, sauf de l’écouter.

Le québécois pur laine comprendrait le style jazzé de Wilson s’il imaginait une musique rappelant celle de Normand L’Amour (La poignée de porte) qui aurait eu la chance d’avoir un petit entretien privé avec Bob White l’espace de quelques minutes, pour avoir l’air exotique. Une voix douteuse, qui vacille autour d’une mélodie nauséabonde, c’est l’unique garantie que vous procure Electric Endicott, ce qui est très dommage. (On peut aussi remplacer dommage par dommageable)

- Desc. : Rock/électro expérimental new-wave
- R.S.V.A. : Frank Zappa, The Clears, The Residents

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0