[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > W > WHORE MOANS, THE

Welcome to Radio Wasteland

WHORE MOANS, THE

Mt Fuji

lundi 29 juin 2009, par Nicolas Pelletier

(4/5) Ce band de Seattle ne fait pas dans la dentelle : son punk est furieux, livré avec fougue et passion. Si l’énergie semble à prime abord brute, on y découvre plusieurs subtilités et maints détails qui dévoilent la qualité des Whore Moans, sans altérer la furie exprimée. C’est plutôt rare que l’on assiste à un si habile mélange de subtilité et de brutalité.

The Whore Moans font parfois penser à une version plus brouillonne et moins théâtrale de ce que faisait Nick Cave & The Bad Seeds au début de leur carrière. Le fait que ce groupe mise sur deux chanteurs amène une belle variété aux chansons de leur second album. Ils gueulent à pleins poumons, mais misent sur une solide base de chant, ce qui est plutôt rare chez les punks.

La musique des Whores est quand même assez musclée, comme le serait celle des Cramps s’ils avaient davantage flirté avec le métal. Ils se payent même des passages instrumentaux plus élaborés, ce qui est rare dans le genre, les punks s’en tenant habituellement à des morceaux expéditifs de 2 ou 3 minutes. Une belle ouverture musicale est aussi démontrée avec des parties de violons qui contrastent avec la voix hurlée. The Whore Moans inventent ici le punk orchestral !

Avec deux habiles chanteurs qui allient techniques et fougue, WM amène une variété sonore très intéressante qui garde l’oreille attentive et l’esprit actif. On ne s’endort pas et on ne s’abruti pas non plus, loin de là. Les arrangements sont plus riches que la moyenne, et, encore une fois, démontrent qu’on peut jouer la carte de la subtilité sans diluer la fougue. Vraiment, on a ici du punk de qualité !

- Desc. : Garage punk
- R.S.V.A. : MC5, M.O.T.O., Obits

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0