[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > W > WEIRD OWL

Ever The Silver Cord Be Loosed

WEIRD OWL

Tee Pee

dimanche 28 mars 2010, par Éric Dumais

(3.5/5) Brooklyn, New York - Une formation connue sous le nom de Weird Owl voit le jour aux Etats-Unis au courant de l’année 2004. Intéressés par le rock stoner et le rock psychédélique, les membres du quintette américain concluent une entente avec Tee Pee Records, afin de laisser libre cours à leur esprit créatif et d’accoucher, une magnifique journée de février 2009, d’un premier album en carrière.

Ever The Silver Cord Be Loosed est le résultat d’un travail minutieux et de longue haleine de la part des cinq musiciens new-yorkais de Weird Owl. Car depuis la parution de leur EP intitulé Nuclear Psychology paru deux ans plus tôt, nous n’avions aucune nouvelle de la formation. Finalement, John Cassidy Kenneth Cook, Sean Reynolds, Jon Rudd et Trever Tyrrell ont enfilé leur instruments et nous ont livré ce qu’ils avaient sur le cœur : huit pièces musicales d’un talent inouï et d’une sensibilité déconcertante.

À l’écoute de l’album, on a l’impression de revisiter Neil Young à l’époque de son album On The Beach, tellement la ressemblance est frappante. Les riffs de guitares, tout comme certaines intonations de voix, s’apparentent à ceux du célèbre chanteur et guitariste folk. Mais ce qui fait la particularité d’un groupe comme Weird Owl, c’est la sensibilité avec laquelle ils réussissent à composer des chansons d’une richesse indéniable, sans oublier le talent avec lequel ils nous partagent une aventure personnelle hors du commun. Car la musique des Weird Owl rime avec imagination, poésie et sonorité folk psychédélique, même qu’elle s’inspire, à quelques différences près, de la musique de formations telles que Black Mountain, Dead Meadow, The Black Angels, sans oublier les excellent The Entrance Band. Les chansons défilent et certains éléments nous déconcertent, positivement bien sûr, comme les riffs de guitares électriques qui ressuscitent Neil Young l’espace d’un instant, ou que ce soit, tout simplement, la structure fantasmagorique et complètement hypnotisante des chansons qui nous font vivre une expérience visionnaire hors du commun.

Écouter Weird Owl, c’est s’aventurer dans un désert enflammé par un tourbillon de flammes, à la frontière duquel tourne une immense spirale aux couleurs psychédéliques et à travers laquelle on peut distinguer, au loin, cinq musiciens surélevés dans les airs, leurs instruments à la main. Vous voyez le genre ?

- Desc. : Rock stoner psychédélique
- R.S.V.A. : The Entrance Band, The Black Angels, Black Mountain

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0