[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > V > VANDERSLICE, JOHN

White Wilderness

VANDERSLICE, JOHN

Dead Oceans

vendredi 3 juin 2011, par Nicolas Pelletier

(3/5) Vanderslice est un auteur qui est toujours intéressant à écouter pour peu que l’on aime les artistes qui ont une poésie unique, une voix bien à eux. Même si chaque album n’est pas aussi brillant que le magnifique « Pixel Revolt » de 2005, on demeure captivé par le savoir-faire du musicien originaire de Floride.

En décortiquant ce 9e album chanson par chanson, on ne trouvera pas de perle irrésistible, ni de joyau caché. Convict Lake est une chanson beaucoup plus orchestrale que celles auxquelles Vanderslice nous a habituées, même si on y retrouve son phrasé typique. Cette chanson, tout comme, plus loin, The Piano Lesson, est probablement plus dans les cordes de ce que fait Owen Pallett. La chanson-titre, Wild Wilderness, est une touchante ballade qui débute avec simplicité au piano. Ce n’est que sur After It Ends, la 5e de 9, qu’on retrouve le Vanderslice qu’on connait au niveau des arrangements : plus simples, guitare acoustique et voix dominante. Un duo batterie dominante vs ensemble de cordes suit sur Overcoat, un morceau un peu agressant par sa frappe distortionnée incessante. Vanderslice revient à un mode mi-acoustique, mi-orchestré (bonjour les hautbois !) sur Alemany Gap. Tout se termine avec l’élégante 20k, à facture presque classique. Rien d’extraordinairement accessible, comme on disait plus tôt, mais définitivement une musique de qualité.

Cela n’est pas surprenant puisque Vanderslice est également un producteur bien coté, qui a travaillé avec Beulah, Death Cab for Cutie, Okkervil River et Spoon dans son propre studio. Il a également réalisé deux albums récents de Mountain Goats, « Heretic Pride » et « We Shall All Be Healed », après quoi il a tourné avec John Darnielle. Les deux auteurs-compositeurs-interprètes y jouaient en format acoustique, l’un à la suite de l’autre, avant de partager la scène et leur matériel. Ça devait être de bons concerts, étant donné la qualité de ces deux artistes.

- Desc. : Folky pop de chambre
- R.S.V.A. : Owen Pallett, Spoon, Jeremy Enigk

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0