[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

S/T

TOY

Cooperative Music/Heavenly

jeudi 8 novembre 2012, par Jean-François Rioux

(4/5) Une magnifique surprise nous arrive de Londres en cette fin d’année 2012. Ce jeune quintet offre un savoureux mélange de musique des années 70, 80, 90 bien dosé et d’actualité. Une balance presque parfaite entre la musique psychédélique, shoegaze et plusieurs autres sous étiquettes telles que le kraut rock, le brit-pop et la musique expérimentale.

Les comparaisons les plus faciles nous venant en tête sont bien sûr celle de The Verve, The Horrors, My Bloody Valentine, The Warlocks, Jesus & Mary Chain, Ride ou The Stone Roses. Le tout est habilement construit, pas trop léché et très accrocheur.

Sous les couches de guitares, et des voix écho, on y trouve une rythmique carrée, répétitive qui devient planante et rêveuse. L’unique faiblesse au bout du compte réside peut-être dans la voix qui manque un peu de charisme mais cela ne gêne pas trop.

Lose My Way est l’une des pièces qui donne le ton à cet album homonyme, une pièce pourtant simple mais qui démontre autant les côtés pop que ceux plus aventureux, avec des murs de son derrière les mélodies. Drifting Deeper, le morceau suivant quant à lui nous amène presque dans leurs moments les plus chaotiques avec une pièce instrumentale légèrement post-rock avec beaucoup d’effets de guitares.

En somme un groupe où il faut tendre l’oreille dès que possible avant de passer tout droit, une petite perle qui pourrait passer facilement inaperçue dans un monde ou les médias musicaux en ont que pour les Radiohead, Blur, Muse ou Of Monsters & Man de ce monde.

- Desc. : Post-shoegaze kraut-pop
- R.S.V.A. : The Horrors, The Verve, Deerhunter

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0