[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > T > THIEVES & VILLAINS

South America

THIEVES & VILLAINS

Victory

samedi 1er janvier 2011, par Olivier Boivin

(1/5) Le mauvais karma qu’ont transmis Blink 182 et Panic ! At The Disco est puissant et fait subir ses propres conséquences par l’entremise de la formation new-yorkaise Thieves & Villains, formée en 2007. Le prix du manque d’originalité par les temps qui courent devrait être remis à l’album South America, LP d’un ennui sans précédent.

Pour soigner leur image, ou paraître comme des anges, je ne sais trop, le groupe explique le choix de leur nom comme ceci : « Trop souvent, les gens s’embarquent dans des pratiques non vertueuses pour avancer dans le monde musical, nous avons décidé de s’appeler ainsi (Voleurs et vilains), car on est certain de ne pas être comme cela dans la vraie vie, que ce n’est pas nous. » Le band choisit de sortir leur album sur Victory, étiquette américaine de renom, dont la liste d’artistes est imposante (Comeback Kid, Catch 22, Atreyu).

Deux pièces m’ont donné le sourire. Virginia Woolf, qui est la meilleure, a un bon train d’énergie avec les cloches, la batterie palpitante et les multiples variations de guitare. C’est presque bon. La plage Drunk in Amsterdam passe au confessionnal. Ils avouent, probablement à leur famille tranquille, leurs déboires à Amsterdam. « I was drunk in Amsterdam, so fucked up I could’nt stand. » On se sent rebelle, on dit des gros mots, on met la délicatesse de côté, et pour finir, on vous en fait part avec banalité. Thieves & Villains a oublié en chemin les bienfaits du raffinement qui nous donneraient envie de les aimer.

- Desc. : Punk-pop commercial
- R.S.V.A. : Panic ! At The Disco, Blink-182, Good Charlotte

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0