[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > T > TED LEO & THE PHARMACISTS

The Brutalist Bricks

TED LEO & THE PHARMACISTS

Matador

jeudi 6 mai 2010, par Éric Dumais

(2/5) Ted Leo & The Pharmacists viennent tout juste de mettre un terme à leur association avec l’étiquette Touch And Go Records, sur laquelle ils avaient réalisé leur cinquième album en 2007, pour finalement décrocher une place de choix chez Matador pour la parution de leur sixième et nouvel effort, The Brutalist Bricks.

Reconnu pour être un musicien de référence dans la veine post-hardcore du XXIe siècle, le très prolifique Ted Leo, depuis la parution de son premier album en 1999, n’a pas encore pris le temps de prendre une seule respiration entre chaque sortie d’album. Grandement occupés à composer des pièces à saveur politique ou sociale, Ted Leo et sa bande (qui, soulignons-le, a changé à quelques reprises depuis quelques années, avec les départs de Jodi V.B, Amy Farina, Dorien Garry et Marty Key) reviennent en force avec un album, disons-le en toute honnêteté, à la hauteur de leur talent et de leur professionnalisme. Dans la même veine que leurs précédentes parutions, dont Treble In Trouble (1999), The Tyranny Of Distance (2001), Hearts Of Oak (2003), Shake The Sheets (2004) et Living With The Living (2007), leur nouvel opus, sans réinventer la roue, arrive à surprendre un peu et à apporter un vent de renouveau à la musique punk rock moderne.

The Brutalist Bricks est un album écoutable, sans être véritablement bon. Il est rare que les pièces accrochent véritablement, mais j’avoue l’avoir été à trois reprises, ce qui est très peu sur un opus de 13 chansons. Les pièces Mourning In America, Ativan Eyes et One Polaroid A Day ont réussi à faire remonter la cote, avec des rythmiques entraînantes et des mélodies simplistes mais accrocheuses. La voix redondante de Ted Leo finit, à la longue, par nous ennuyer, de même que les riffs à la guitare électrique, qui sont somme toute peut-être un peu trop répétitifs. Il va sans dire que Ted Leo et sa bande n’ont pas concocté l’album de la décennie, mais peut-être arrivera-t-il à plaire à un certain auditoire, du moins on l’espère.

- Desc. : Pop-indie rock
- R.S.V.A. : Titus Andronicus, Spoon, The New Pornographers

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0