[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > T > TANLINES

Mixed Emotions

TANLINES

True Panther Sounds

vendredi 18 mai 2012, par Nicolas Pelletier

(2.5/5) Tanlines, un duo de Brooklyn joue la carte du kitsch minimaliste électro cheap 80 avec sa musique tout droite sortie d’un clavier Casio des années 80 (Yes Way). Eric Emm chante d’une voix particulière des mélodies pas vraiment accrocheuses, un peu comme si Owen Pallett chantait sur une base de synthés à la Strange Advance (Not the Same). Hétéroclite.

Certes, il y a une certaine esthétique à la musique de Tanlines, des efforts conscients pour marier cette voix rocailleuse à ces sons soyeux et synthétiques. Mais à certains moments, on se demande si Emm et le percussionniste Jesse Cohen ne font pas exprès pour éviter des bombes mélodiques qui pourraient faire danser (il n’y a pas de mal à ça !).

Sur Lost Somewhere, on a une pièce de pop de bonne qualité, mais la pauvreté de la mélodie garde ce titre dans les limbes des chansons anecdotiques qu’on oubliera vite. Ils sont pourtant à deux pas de Chromeo, LaRoux et du vieux Depeche Mode. Tant qu’à être si près de la recette, autant jouer le jeu et se faire plaisir... Au lieu de ça, cet album de Tanlines, leur premier LP après deux EP publiés en 2010, fait penser aux albums moyens de The The, The Fixx ou encore Men Without Hats : vous savez les albums sans hits de ces artistes qui ont pourtant réussi précédemment ou ultérieurement de grands succès pop ? Ces albums que seuls les fans hard core de ces groupes continuent à écouter au fil du temps… Malgré cela, l’album s’est classé au deuxième rang du palmarès des « Heatseekers » du magazine Billboard à sa sortie.

- Desc. : Électro new wave
- R.S.V.A. : Violens, Cut Copy, Deastro

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0