[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > T > TY SEGALL

Goodbye Bread

TY SEGALL

Drag City

vendredi 16 mars 2012, par Nicolas Pelletier

(3.5/5) Dès les premiers instants du 7e album solo de ce Californien, on a des réminiscences d’un grand chanteur. Il y a dans le ton, dans l’attitude, du John Lennon chez Ty Segall. Musicalement, c’est plutôt dans le rock garage qu’on ressent la filiation.

Pas le Lennon de « Imagine » ni celui des Beatles mais plutôt le John plus brouillon qui enregistrait avec Phil Spector. Écoutez la pièce titre ainsi que You Make the Sun Fry et donnez m’en des nouvelles. Hormis cette influence assez palpable, Ty Segall a dû puiser son inspiration chez des formations assez différentes. Sa musique est assez brute, assez garage rock (California Commercial), le rapprochant de Richard Swift. Mais du côté mélodies, c’est avec les Kinks, Oasis et les brit bands à la Pulp qu’on entend des similitudes.

Globalement, les gens qui vénèrent les premiers albums de Beck, de Jay Reatard et de Fresh & Onlys devraient adorer « Goodbye Bread ». On y trouve le même besoin d’expérimentations lo-fi garage, sans jamais sacrifier les airs accrocheurs et la structure blues pop. La pièce I Can’t Feel It est un bon exemple de ce qu’on avance ici. On y sent également l’influence d’un Syd Barrett (un redoutable mélodiste lorsqu’il arrivait à s’y concentrer) en solo sur My Heart Explodes.

Comme Swift, Segall joue de tous les instruments : guitare, basse, batterie et chante sur ses enregistrements maison. Le tout se tient très bien. Il a débuté sa carrière solo en 2008 après avoir joué au sein de plusieurs formations basées dans l’Orange County, en lançant une cassette (!) ensuite republiée sur vinyle. Ça a le mérite d’être original. Ty Segall est le type de créateur prolifique qui sort plein de EPs entre deux microsillons, en plus de participer à l’œuvre de différents bands. On le retrouve sur une demi-douzaine de disques solo, autant de mini-albums, une collaboration avec son pote Mikal Cronin et les œuvres avec The Traditional Fools, Epsilons, Party Fowl, Sic Alps et The Perverts.

En solo, il s’est permis pas moins de 7 albums depuis 2008 (!), tout en publiant au moins quatre LPs et une douzaine d’EPs avec ses différentes formations depuis 2006. Non, il ne chôme pas !

- Desc. : Psyche garage rock 70s
- R.S.V.A. : Fresh & Onlys, Jay Reatard, The White Stripes

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0